Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

Les Amants de la mer Rouge

10
Sulaiman Addonia

Editions Flammarion
Traduit de l'anglais par Anne Guitton
310 pages
Paru en Avril 2009

Quatrième de couverture: Djeddah, fin des années 80.Naser est un jeune Erythréen de vingt ans que les troubles politiques dans sa terre natale ont forcé à émigrer en Arabie saoudite où, pour gagner sa vie, il lave les voitures. Là-bas, les femmes sont cachées sous leurs voiles et les hommes ont les pleins pouvoirs. Seule prévaut la justice des riches et des puissants. Naser grandit dans un climat brutal et ses moindres faits et gestes sont épiés par la police religieuse tandis que sa vie est rythmée par les sermons stridents de l'impitoyable imam de la mosquée locale.Jusqu'au jour où il reçoit - sacrilège - un mot d'amour écrit par une inconnue. Bravant les chefs religieux et politiques, Naser décide de vivre cette passion, tout en sachant qu'il risque sa vie s'il venait à être découvert. Les Amants de la mer Rouge est l'histoire d'un amour interdit, dans une Arabie Saoudite brûlante et tyrannique, une passion universelle et moderne tout à la fois.
Sur l'auteur: Sulaiman Addonia est né en 1974 en Erythrée, d'un père éthiopien et d'une mère érythréenne.Il a passé ses jeunes années dans un camp de réfugiés au Soudan, après le massacre d'Om Hajar perpétré dans son pays en 1976 Dans les années 1980, Addonia se réfugie avec son frère, en Arabie Saoudite, puis en Grande-Bretagne, où il étudie à l'University College de Londres. Les Amants de la mer Rouge est son premier roman.


Djeddah, Arabie Saoudite. "Un film en noir et blanc" , les hommes en blanc et les femmes voilées de noir. Le blanc pour l'homme saint, l'homme pieux, le bon musulman qui doit rester pur et le noir pour signifier la couleur du voile pour une femme qui n'a pas de droits, sinon et encore celui de respirer, tentatrice et perfide. Le noir qui l'oblige à rester cachée, humiliée, reniée par une culture faite pour les hommes et par eux. Pourtant tout n'est pas blanc ou noir, cette apparente extrêmité dans les relations sociales, est détournée par une autre règle: les hommes remplacent les femmes avant le mariage. Relations homosexuelles, prostitution contre protection financière; les hommes vont à la Mosquée mais sont loin d'être des saints. Nasser a dû quitter sa mère et a fui l'Erythrée. Rejeté par son oncle, il se débrouille et rencontre Jassim. Sorte de protecteur, il lui offre travail et logement mais à quel prix. Un jour, Nasser trouve le mot d'amour d'une mystérieuse jeune fille. Etouffé par la police religieuse qui réprime les relations sentimentales de toute nature, Nasser se risque à rêver d'un amour qu'on sait d'avance voué à l'échec.
Entre discours religieux et romance secrète, Les Amants de la mer Rouge est un roman que l'on dit être une "passion universelle et moderne". Je ne vois pourtant pas où est la modernité dans un pays qui abolit les libertés individuelles dont la principale reste l'amour, le choix de son époux ou épouse, le choix d'aimer. Je dois dire que les serments, le discours de l'imam m'ont sérieusement énervés: une intolérance exacerbée si ce n'est du fanatisme affolant. Nasser est un personnage touchant, piégé par cette religion discriminante, doux romantique, sage rêveur d'un amour qui se veut sensuel, sincère et confiant en un avenir meilleur. Les jeux des rendez-vous préparés avec soin pour ne pas se faire prendre, ce risque au nom de l'amour, ces lettres tombées, font le charme de l'histoire, le charme d'un couple courageux qui ose. Mais on pressent comme l'auteur l'intitule "les conséquences de l'amour" , la police religieuse, la peur, le châtiment sont des idées bien ancrées et on sait que ça se finira mal. Quoique la fin du livre apporte un petit espoir...Malgré une lecture plaisante et agréable, ce roman sera facile à oublier. Ce qui reste est ce pincement, le même que j'ai eu pour "Oublie les mille et une nuit", le poids dangereux et destructeur de la religion, qui indéniablement ne peux que toucher soit par l'indignation que provoque une telle injustice, soit par l'émotion que suscite l'interdiction d'aimer. Un roman intéressant...


A lire les billets d'Alwenn, de Keisha, de Stephie, de Moka et Saxaoul.




Je remercie Suzanne de et les éditions Flammarion pour l'envoi de ce roman.

Commentaires

  1. Un roman qui véhicule de lourds messages mais qui semble quelque peu rater son lectorat. C'est dommage.

    RépondreSupprimer
  2. C'est marrant, je le vois beaucoup ces jours-ci ce livre mais il ne m'attire absolument pas...

    RépondreSupprimer
  3. Juste ce matin à la radio on parlait des problèmes des homosexuels en Arabie Saoudite(prison, lapidation, ...). Vraiment un pays étouffant pour tous.

    RépondreSupprimer
  4. Joli billet ! Je suis entièrement d'accord sur l'idée qu'il est difficile d'entrevoir cette histoire comme "moderne"... Certains passages m'ont littéralement fait froid dans le dos...

    RépondreSupprimer
  5. "Malgré une lecture plaisante et agréable, ce roman sera facile à oublier" : je suis tout à fait d'accord avec toi. Dans le même genre je trouve les romans de Yasmina Khadra ou de Khaled Hosseini beaucoup plus poignants.

    RépondreSupprimer
  6. Je l'ai déjà noté sur mon carnet et j'ai hâte de l'avoir pour le commencer !!! Magnifique billet :)

    RépondreSupprimer
  7. Stephie!Oui peut être que l'auteur ne va pas au fond des choses, le côté romancé fait qu'on s'éloigne de la profondeur du problème.

    Hambreellie merci!! j'ai hâte de lire ton avis

    Saxaoul, il faudrait que je lise du Yasmina Khadra. Je ne connais rien de ses livres.

    Alwenn Exactement, moi j'ai eu envie de m'énerver!!! contre tout ce pathos religieux!

    Keisha! oui je suis heureuse de vivre en liberté, une femme qui tient un blog par exemple est tout à fait inconcevable là bas!

    Restling, il y a des livres comme ça!!! qui ne nous attire pas!!

    RépondreSupprimer
  8. Bon tu connais mon avis sur ce livre n'est-ce pas. En effet, il s'oubliera vite... J'ai déjà commencé d'ailleurs... ;)

    RépondreSupprimer
  9. J'avoue rester perplexe malgré ton billet! C'est le genre de roman qui peut faire prendre conscience de drames mais bon...

    RépondreSupprimer
  10. Ce roman me tentait bien mais à force de le voir partout, j'ai l'impression de tout savoir sur lui, un peu comme pour les Naufragés de l'île Tromelain. Je laisserai donc du temps passer avant d'éventuellement me faire mon avis personnel sur ce livre.

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr