Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

On s'est juste embrassés

12
Isabelle Pandazopoulos

Editions Gallimard Jeunesse
Collection Scripto
157 pages

Quatrième de couverture: Un roman bouleversant. Un auteur à découvrir. Un concentré d'émotion à savourer d'une traite.

Il est difficile de critiquer un livre qui ne vous a pas plu, lorsque celui-ci vous a été envoyé gracieusement par une maison d'édition que l'on apprécie énormément. Je remercie Véronique et les éditions Gallimard Jeunesse pour l'envoi de ce livre, premier roman écrit par Isabelle Pandazopoulos mais dont le thème ne m'a pas du tout inspiré ni touché.

Aïcha vit seule avec sa mère à proximité de la cité Paganini, vers Paris. Abandonnée par son père, elle vit mal sa relation avec sa maman, qui cache un lourd secret de famille. Aïcha est d'origine algérienne. Elle aime lire et aller à la bibliothèque. Ce jour-là au collège, personne ne lui parle, même pas sa meilleure amie Sabrina. La rumeur dit qu'elle aurait couchée avec Walid, le grand frère de Sabrina. Lorsqu'elle affronte la cohue du collège, Sabrina lui crache à la figure et la traite de "Sale pute !". Aïcha est sous le choc et ne comprend pas. La vérité est qu'elle n'a jamais eu de rapport avec Walid, ils se sont juste embrassés. Mais Walid, une racaille raconte ce qu'il veut. C'est sa parole contre celle d'Aïcha. Puis, paumée, humiliée, en souffrance à cause de la dépression de sa mère, elle fuit. Poussée par la soif de connaître la vérité sur sa famille, elle retourne chez elle...

On s'est juste embrassés
, est un roman dur, sur les difficultés de l'adolescence, d'une adolescence effacée par les conséquences de l'immigration. Une cité, des règles oppressives, une vie dénuée de bonheur, une identité flouée par celle des parents. Aïcha est française mais elle ne se sent pas comme telle. Elle traîne dans une cité et fume avec des amis, elle suit l'influence de sa meilleure amie Sabrina. Sa maman cache un secret qu'elle voudrait découvrir, qui n'est pas sans rapport avec le départ prématuré de son père. C'est un drame familial et à la fois culturel. Aïcha cumule tous les clichés que l'on peut rencontrer dans les quartiers ZEP. C'est dommage et c'est cela que je n'ai pas aimé. Je sais que la vie dans les quartiers n'est pas heureuse, mais stigmatiser une population issue de l'immigration qui l'est déjà suffisamment par les médias, c'est dommage. On s'est juste embrassés, est un roman simple parce qu'il raconte la réalité, mais il exploite beaucoup trop les clichés des cités. Les phrases courtes accentuent le côté émotionnel et rythmé de l'intrigue. L'écriture est agréable et le livre facile à lire. Pourtant je ne trouve pas qu'il soit bouleversant. Juste dur, juste dramatique, juste miséreux, sans espoir et pire qui ne laisse pas présager que les choses pourraient évoluer dans le bon sens...

L'avis de Gawou qui a bien aimé.
2,5/5 champignons

Commentaires

  1. A dommage il me semblait pas mal ce roman ados... si je tombe dessus je le lirai qd même pour me faire mon avis ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je le lirai si je le trouve en bibliothèque. Bon week-end ;)

    RépondreSupprimer
  3. Chiffonnette, Stephie, Fleur: il faut le lire oui pour se faire son avis, car chaque avis est différent je sais que Gawou et Clarabel ont bien aimé. Pour avoir travaillé en collège près d'une ZEP j'ai côtoyé en tant que assistante d'éducation tout ceci et justement c'est bien réel! Mais justement trop à mon goût qui joue sur tout ce que l'on peut voir dans ces quartiers. Un roman qui enferme une certaine catégorie de personne dans ce que l'on voit tous les jours...

    RépondreSupprimer
  4. Ca me fait sourire parce que comme toi j'ai un blocage avec les clichés sur la banlieue et la zep.
    Je vais donc me dispenser de cette lecture.

    RépondreSupprimer
  5. A voir si je le croise à la bibliothèque ! (pour info, l'auteur a déjà publié aux Editions L'Escarbille).

    RépondreSupprimer
  6. Ori: oui et je crois que c'est parce que toi tu travailles en tant que prof, et moi j'ai travaillé en collège, on connaît ce milieu

    Flo Oki c'est noté

    RépondreSupprimer
  7. Je te fais confiance... De toutes façons, je ne crois pas que ce sujet plairait à ma nièce qui est plus proche de la littérature qui traite de l'histoire des jeunes filles des siècles précédents !

    RépondreSupprimer
  8. C'est quoi, la ZEP??? Zone de quelque chose??? Ceci dit, ça me fait un peu peur, cet avis parce que je l'ai reçu ce livre, et que je le lirai sans doute bientôt!

    RépondreSupprimer
  9. Géraldine: ah ta nièce aime les histoires des jeunes filles des siècles précédents, c'est intéressant à savoir!! Je suis sûre alors que l'histoire d'Anne Shirley devrait vraiment lui plaire.

    Karine: tout à fait, en France la ZEP est une zone qui désigne les quartiers difficiles, dit sensibles (les cités) où le taux d'immigration est très fort: musulmans, africains, asiatiques. Avec tout ce qu'il peut y avoir de miséreux: la pauvreté, des logements insalubres, des "racailles", des vols, des voitures qui brûlent. C'est très cliché mais c'est la réalité de la politique de l'immigration en France. Les collèges qui sont classés en ZEP sont des collèges qui regroupent des jeunes de ces cités et il est très difficile de pouvoir les intégrer à une vie de collégien épanouie. Mais lis le tu te feras ton avis et cela te montrera une réalité de la France. Bisous tu m'as manqué!!!!

    RépondreSupprimer
  10. Ce n'est pas la partie sur les banlieues qui m'a semblée la plus importante en fait dans ce roman.
    C'est en toile de fond évidemment, mais je me suis surtout attachée à l'héroïne, à la recherche de son identité et de ce qu'elle veut vraiment.

    RépondreSupprimer
  11. C'est le deuxième avis que je lis sur ce livre (dont je n'avais pas entendu parler jusqu'à ce soir !) et tu es la deuxième a ne pas être emballée ! Pourtant il me tente quand même, même si en effet je pense m'attendre a beaucoup de préjugés ! Je verrai si je le trouve en bibliothèque !

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr