Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un webzine spécialisé en littérature de jeunesse (mais vous y trouverez aussi de nombreux avis sur la littérature pour adultes) né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Il s'agit d'un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagée, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mes fils.
Mes genres : fantasy/ fantastique, romance, young adult, thriller, historique et contemporain.

Merci à vous et bonne visite...

Uglies

14
Scott Westerfeld

Pocket Jeunesse
Traduit de l'Anglais par Guillaume Fournier
432 pages

Quatrième de couverture: Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s'apprête à subir l'opération chirurgicale de passage pour quitter le monde des Uglies et intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis promis par les Autorités, Tally n'aura plus qu'une préoccupation, s'amuser... Mais la veille de son anniversaire, Tally se fait une nouvelle amie qui l'entraîne dans le monde des rebelles. Là-bas, elle découvre que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu'un secret d'État : une manipulation.Que va-t-elle choisir? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection? Véritable phénomène aux États-Unis, ce premier tome de la série Uglies a reçu plus de vingt récompenses, dont celle du Meilleur livre pour jeunes adultes 2006 de l'American Library Association. Uglies a reçu le Grand Prix de l'imaginaire 2008 catégorie jeunesse.



Inutile de présenter l'intrigue de Uglies, le tome 1 de la série écrite par Scott Westerfeld. Aussi connue que Twilight, cette série est un phénomène dans l'univers de la littérature jeunesse. Curieuse, je me devais donc de lire ce roman. Mais, chers lecteurs et lectrices, vous allez être déçus. En lisant les avis de la blogosphère, Uglies jouit d'un grand prestige, considéré comme un excellent roman de jeunesse. Je dois d'ailleurs bien avouer que l'intrigue est passionnante, bien recherchée et forte en actions. Mais justement l'action prend le pas sur la réflexion. L'auteur nous propose une idéologie qui reste en suspens, je dirais qu'il fait appel à l'intelligence de ses lecteurs au lieu de livrer une réflexion aboutie. La philosophie est subtile, l'auteur nous livre par bribes, des informations qui permettent de mieux saisir une société fondée sur l'apparence et le danger qu'elle suscite. C'est bien trouvé, cependant, le début est long, l'intrigue tarde à se mettre en place, la description reste trop sobre pour bien imaginer le cadre. Ce n'est que vers le milieu du roman que je me suis régalée.

D'une manière générale, j'ai moins aimé Uglies, en tant que roman d'anticipation par rapport à La déclaration d'Anna de Gemma Malley. Les deux romans sont proches pour leur genre: la science-fiction ou roman d'anticipation qui nous propulse dans un monde où l'uniformisation des esprits tend à discriminer une partie de l'humanité. Dans La déclaration, ce sont les jeunes orphelins que l'on rejette. Une société qui anoblit la vieillesse et refuse la jeunesse. Dans Uglies, seuls les beaux ont une valeur estimable. Dans une société où seule l'apparence compte, les moches n'ont pas leur place. Uniformisation des esprits, discipline du corps, culte de la beauté, cette société superficielle vit pour le regard que l'on porte sur les autres. Un regard déformé car la réalité n'est qu'artificielle, bafouée par des codes où seul le physique s'affirme. Aucune difformité, aucun défaut physique n'est toléré et les adolescents Uglies ne vivent que dans l'excitation d'être opérés. Passés au bistouri, leur apparence est magnifique et ils peuvent s'afficher au grand jour, participer à des fêtes, s'amuser et vivre une vie de luxe. Mais certains se rebellent, fuient cette manipulation des mentalités et se cachent en périphérie de la ville. Une communauté, loin de toute utopie de la perfection, nommée La Fumée, affectionne la liberté, le libre-arbitre, le choix et la notion de responsabilité. Notre héroïne, Tally, y apprendra le secret de toutes ces opérations génétiques: rendre la beauté au profit de l'intelligence en aliénant le cerveau humain afin que les esprits ne puissent pas réfléchir à cette utopie qui n'est qu'une vaste illusion. En cela, le roman devient un roman d'apprentissage, celui du choix et de l'identité. Tally va devoir choisir entre son amie, son nouvel amour et son désir d'être belle. Un choix difficile s'il en est, essentiel à sa survie. Se faire opérer pour être belle au risque de perdre sa personnalité ou combattre l'impensable telle est la question récurrente de sa recherche d'identité.

Uglies pose ainsi les traits captivants d'une société qui abolit l'éthique et valorise l'esthétique. Une société qui a crée une philosophie où l'anatomie n'est plus une affaire privée et intime mais l'apanage du beau. Le culte de l'apparence est superbement mis en évidence mais dès lors comment s'affirmer en tant qu'être humain dans un monde où l'unique règle est l'identique ?

A lire d'urgence le billet d'Emmyne qui est, quant à lui parfait!!

Commentaires

  1. Malgré la popularité de cette série (tout comme Twilight), je ne suis pas attirée par ce genre de lecture...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai vraiment adoré ce roman ainsi que les 2 autres tomes, avec une préférence pour le premier et le deuxième.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai aimé les deux premiers, me suis lassée au 3e et n'ai pas lu le 4e ;)

    RépondreSupprimer
  4. Jules: En tant que passionnée de littérature de jeunesse, je me devais de lire au moins le tome 1, j'ai adoré la fin qui a suscité une vive envie de lire la suite mais non sans une grande hésitation!!

    Stephie! Tu m'aides, car justement je ne sais pas si je lirais la suite et ce serait dommage de continuer la série si je ne la finis pas. Je crois que je vais m'en tenir au tome 1...

    Maribel: je ne sais plus quelle décicion prendre!!

    RépondreSupprimer
  5. Là, tu exagères à propos du billet :))
    Je suis tout à fait d'accord avec toi lorsque tu dis que S.Westerfeld ne pose pas sa réflexion : il l'illustre plutôt laissant mûrir la réflexion chez son lecteur, et c'est en cela que je salue la trilogie ( ainsi que son thème ). C'est encore plus évident dans le second tome que je te recommande tout de même, car c'est le même propos avec des situations élargies très intéressantes. Enfin, si tu en as l'occasion, je te conseille Secret, le livre supplémentaire dans lequel Westerfeld parle de cette série à la façon d'un dialogue avec ses jeunes lecteurs.
    Pff, ce que je suis bavarde :)

    RépondreSupprimer
  6. Je n'arrive pas à me décider à commencer le 2...

    RépondreSupprimer
  7. J'ai beaoucoup entendu parler de ce titre et je pense bien me laisser tenter très prochainement, au moins par le 1er titre et on verra pour la suite

    RépondreSupprimer
  8. Lancellau! Bienvenue dans Sous le feuillage. Oui commence par le premier, pour te faire une idée!!

    Ori! je me rappelle avoir lu ton billet, tu avais bien aimé!! j'attends des avis sur le 2!!

    Emmyne! je note tes conseils, je vais tenter le 2 mais pas tout de suite, je ne me sens pas emportée, et si pour moi ton billet est très réussi et c'est d'ailleurs grâce à lui que j'ai voulu le lire!!!

    RépondreSupprimer
  9. J'avais bien aimé, mais finalement je n'ai pas lu la suite! La faute au temps!! Par contre, j'ai beaucoup aimé V-Virus et sa suite!

    RépondreSupprimer
  10. C'est amusant, parce que moi, j'ai justement trouvé que "Uglies" et "La déclaration" avaient tous deux les mêmes qualités (présentation d'un monde dystopique assez intéressant) et les mêmes défauts (pas de développement poussé de la réflexion sur ce monde dystopique). Mais j'ai l'impression que c'est un défaut que l'on retrouve de plus en plus dans les livres de SF ados, qui se focalisent maintenant majoritairement sur le côté "action" (il faut absolument qu'il se passe quelque chose) en prémachant le côté réflexion (on donne directement au lecteur ce qu'il doit penser de la situation, il ne peut pas pousser la réflexion beaucoup plus loin parce que l'auteur impose les raisons de l'échec d'un monde aux apparences d'utopie). Bon, je ne veux pas faire de généralisations abusives, tous les livres de SF ados ne font pas ça, mais ça devient de plus en plus courant(c'est un sujet qui me passionne).
    J'ai lu les suite d'"Uglies" qui sont prenantes mais de moins bonne qualité que le premier.

    Je suis d'accord avec Chiffonnette pour dire que "V-Virus" est bon (mais je n'avais pas trop accroché à sa suite par contre).

    RépondreSupprimer
  11. Grand succès à la bibliothèque mais pour le moment, je ne suis pas très attirée. Par contre, j'ai bien envie de découvrir "la déclaration".

    RépondreSupprimer
  12. j'adore cette série sauf le dernier qui est différent et donc m'a moins emballée!

    RépondreSupprimer
  13. J'ai bien aimé la série... ce que je trouve terrible dans tout ça, c'est que le tout a été fait "pour bien faire" au départ... J'ai préféré cette série à Midnighters, du même auteur, en fait!

    RépondreSupprimer
  14. J'ai moyennement aimé le premier et carrément détesté les suivants. Mon billet pour ces derniers... pour bientôt j'espère.

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr