Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un webzine spécialisé en littérature de jeunesse (mais vous y trouverez aussi de nombreux avis sur la littérature pour adultes) né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Il s'agit d'un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagée, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mes fils.
Mes genres : fantasy/ fantastique, romance, young adult, thriller, historique et contemporain.

Merci à vous et bonne visite...

Le Livre des Choses Perdues

21
John Connolly

Editions L'Archipel
Traduit de l'anglais par Pierre Brévignon
Paru en Octobre 2009
348 pages

RENTREE LITTERAIRE 2009



Quatrième de couverture: Inconsolable depuis la mort de sa mère, David, douze ans, se réfugie dans les livres pour fuir le remariage de son père et oublier la naissance de Georgie, son demi-frère. Une nuit, alors que depuis quelque temps, déjà, des phénomènes étranges se produisent, David croit entendre la voix de sa mère. Il la suit et découvre un passage caché derrière des buissons, au fond du jardin. Il le franchit et se retrouve alors propulsé dans un univers parallèle, un monde étrange et hostile peuplé de trolls, de Sires-Loups, de créatures hybrides et d’autres personnages issus de ses lectures et de son imaginaire…Grâce à l’aide du Garde-Forestier et de Roland, un preux chevalier, il va, après bien des épreuves – combats, énigmes à résoudre, pièges à déjouer… – rencontrer un vieux roi qui conserve ses secrets dans un volume mystérieux, Le Livre des choses perdues, sésame qui permettrait à David de regagner le monde réel. Mais l’Homme Biscornu, être maléfique qui épie David depuis son arrivée, ne l’entend pas ainsi. Il a pour lui bien d’autres desseins…


Après avoir instauré des petits rituels pour sauver sa maman d'une maladie grave, David est confronté à sa mort. Comment vivre dans un monde où l'être cher et perdu n'existe plus ? Sa mère avait coutume de lui lire des histoires; elle adorait lire des livres. Les histoires veulent être lues et prennent vie dès qu'on les raconte. Après la mort de sa maman, David se perd dans un monde littéraire protecteur, pour fuir une réalité qui le dépasse et le fait terriblement souffrir. Son père a rencontré Rose avec laquelle ils viennent d'avoir un bébé. Un petit garçon que David renie. La guerre en Europe éclate et Hitler menace l'Angleterre. Mais David ne pense qu'à sa mère et a une peur qui se fait omniprésente. Son papa ne semble déjà plus se préoccuper de sa première femme et sa nouvelle famille remplace celle de David. Son coeur est meurtri. David est un enfant perdu, solitaire et en colère. Après une violente dispute avec Rose et son père, David suit la voix de sa maman qui l'attire vers un passage... derrière lequel se cache un monde à la fois merveilleux et effrayant...fruit d'une imagination débordante et de peurs incontrôlables.

Le Livre des Choses Perdues est certainement un des meilleurs romans de cette rentrée littéraire 2009. John Connolly met en place une thématique du deuil, de l'absence de l'être cher et exprime toute la complexité psychologique qui en résulte pour l'enfant. On le comprend bien au tout début du livre. David invente des petits gestes quotidiens, des rituels qui permettraient de sauver sa mère. Hélas David s'aperçoit que l'on ne peut rien faire face à la vie, au destin et à la mort. On ne peut y échapper. Dès lors il se rattache à ce que sa maman adorait par dessus tout: les livres qui lui offrent une réalité alternative, un moyen expiatoire à la souffrance.

Il se réfugie dans un univers merveilleux, où le fantastique est parsemé de cruauté, une image à l'échelle de la réalité, du monde des adultes. John Connolly développe le monde des contes de fées, il les réinvente afin qu'ils collent à cet univers violent. Le Petit Chaperon rouge, La gardeuse d'oie, Blanche-Neige et les sept nains, Hansel et Gretel n'enchantent plus et révèlent le côté sombre des angoisses enfantines, des peurs de l'abandon. Côtoyant les trolls, les harpies, le Sire-Loup et des personnages aux registres mythologiques, David évolue dans son propre conte, sorte de catharsis à tout ce qu'il a vécu. Fruit d'une imagination tourmentée par des sentiments contradictoires: l'amour, la colère, le sentiment d'être remplacé; ce monde qui se présente à lui est l'expression d'un apprentissage du deuil et du changement. Voyage initiatique aux accents métaphoriques, Le Livre des Choses perdues exprime ce qu'il y a de plus complexe dans la psychologie enfantine: la confrontation du bien et du mal, représenté par l'Homme Biscornu, métamorphose du diable qui pousse à la tentation, celle de céder à la facilité.

On s'aperçoit qu'il est plus dur pour David de résister que de céder à la facilité, à cette colère qui le fait renier son demi-frère. Véritable plongée au coeur des émotions adolescentes, ce roman offre de multiples pistes de réflexion. Mené avec brio, il est évocateur, symbolique et spirituel. John Connolly ne s'est pas contenté de détourner les contes originaux, il leur a donné une portée universelle et désenchantée: les sept nains sont des travailleurs sociaux qui en ont ras le bol d'être exploités alors que le petit chaperon rouge s'est offerte au loup pour engendrer un être hybride.

Bien qu'ayant des allures de conte, Le Livre des Choses perdues tient des propos extrêmement difficiles déliés par une écriture aussi subtile que pertinente; propos réalistes qui incitent à une vision authentique et percutante de la vie. Même si l'issue est heureuse, David poursuit sa route, grandit, devient un homme et il comprend vite que l'Homme Biscornu bien qu'affreusement cruel avait raison: la maladie, la vieillesse, la mort, la souffrance, la bêtise des adultes n'ont pas cessé. Pour David quitter l'enfance n'est pas synonyme de bonheur. Loin de toute naïveté et de toute insouciance, David rencontre également des thèmes forts: l'homosexualité, la sexualité, la métamorphose d'êtres hybrides qui ont perdu leur âme. John Connolly n'a certes pas écrit un livre destiné aux moins de 14 ans. Les images qu'il nous donne à voir sont effrayantes, choquantes et carrément flippantes. Mais Le Livre des Choses perdues a une telle force évocatrice que l'on ne peut qu'apprécier ce côté torturé de l'écriture, à l'image du film Le Labyrinthe de Pan dans lequel on retrouve ces mêmes thématiques et ces mêmes créatures terrifiantes sur fond de guerre civile. Absolument grandiose, poignant en même temps qu'excellent.


D'autres avis sur BOB notamment Leiloona, Karine, Cathulu, Emmyne, Fashion...
5/5 champignons
5/7

Commentaires

  1. Je vais me le procurer car à ce qu'il paraît il très bien !!!

    RépondreSupprimer
  2. Je survole ce billet car je dois le lire très prochainement,j'ai hâte!!!je viendrai relire ta note ensuite ;)

    RépondreSupprimer
  3. Je lis pas, il m'attend pour les vacances!

    RépondreSupprimer
  4. J'ai aussi été impressionnée par le talent de l'auteur, sa façon magistrale de (re)donner vie à l'univers des contes, de revenir à leur force originelle.
    Une belle lecture :)

    RépondreSupprimer
  5. C'est effectivement un des meilleurs livres de cette année ! Je suis aussi enchantée que toi par cette découverte :)

    RépondreSupprimer
  6. Mirontaine et Ori: j'ai hâte de lire vos billets!! vite j'ai déjà tardé pour le lire!!!

    Praline: déjà attirée par la couverture et le titre, je pressentais que cela allait être une magnifique lecture!!

    Hambreellie: il est plus que très bien, c'est un excellent roman!

    Emmyne: j'ai été charmée par ton billet!!! il a dû énormément te toucher en plus!!

    RépondreSupprimer
  7. Chaque fois que je vois un billet sur ce livre, je me dis qu'il faut absolument que je le découvre, je pense qu'il me plairait.

    RépondreSupprimer
  8. Ton billet est très beau et me donne encore plus envie de me plonger dans ce livre que je viens d'acquérir ;o)

    RépondreSupprimer
  9. Tu as vu juste. Comme Praline, une de mes plus belles lectures de l'année.

    RépondreSupprimer
  10. Je me suis promise de lire ce roman dans l'année qui vient. Et ton avis me conforte dans mon choix. Bisous

    RépondreSupprimer
  11. Décidemment, ce livre est bien présent sur la blogo et semble apprécié de tous.

    RépondreSupprimer
  12. aux bloggueuses qui m'ont laissé un commentaire hier!! je suis désolée apparemment il y a des soucis de publication des commentaires! alors un grand merci en attendant que tout ceci se répare par magie!!!

    RépondreSupprimer
  13. Ah les divers billets que j'ai lu sur ce livre me font rêver ! Vous êtes unanimes, il faut absolument lire ce roman. Il est noté sur ma liste...

    RépondreSupprimer
  14. Il est sur ma PAL ! J'ai hâte de le lire !

    RépondreSupprimer
  15. Billet bien fouillé ! :D
    J'adhère à tout ce que tu dis ! ;)

    RépondreSupprimer
  16. Encore un billet qui renforce mon envie de découvrir ce livre!!
    Un beau billet donc, très intéressant et particulièrement bien mené!

    RépondreSupprimer
  17. Je vais bientôt le recevoir :-) J'ai hâte de le lire !

    RépondreSupprimer
  18. Je l'ai beaucoup, beaucoup aimé ce livre. En effet, toutes les peurs de l'enfance y sont exploitées!

    RépondreSupprimer
  19. Je suis tout à fait d'accord avec ton analyse de ce roman. Mais je n'ai pas aimé. J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de longueur (plus ou moins à partir du moment où il rejoint Rolland, mais le début était déjà long). Et puis j'ai trouvé la fin bidon.
    Une vrai déception pour moi (ce qui ne m'empêche pas d'en parler sur mon blog prochainement avec comme souvent un lien vers ton billet)

    RépondreSupprimer
  20. Un de mes livres préférés

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr