Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

Le Worldshaker

4
Richard Harland

Editions Hélium
Traduit de l'anglais par Valérie Le Plouhinec
Paru en Mars 2010
361 pages
14,90 euros

Roman ados à partir de 13 ans

Quatrième de couverture: Le jeune Col Porpentine apprend qu'à sa majorité il sera appelé à succéder à son grand-père aux commandes du Worldshaker, un gigantesque navire-monde à vapeur sur lequel il vit depuis toujours.Quelle fierté de se retrouver à la tête de cette société, où tout lui semble harmonie et respect des autres ! C'est alors que la jeune Riff fait irruption dans sa vie et le supplie de ne pas la livrer aux autorités. Elle s'est échappée des cales du vaisseau et fait partie de la classe des Immondes, contrainte d'alimenter en charbon, sans relâche, les insatiables machines du Worldshaker. Surpris par la vitalité de la jeune fille, Col hésite. Pourquoi ne peut-il rester indifférent ? Et pourquoi Riff ressent-elle une telle peur ?

Un roman d'une grande teneure que Le Worldshaker. Col Porpentine est l'héritier du haut commandement de la mégalonef. A son bord, on trouve des familles aristocrates anglaises très puissantes. La Reine Victoria et le prince Albert règnent sur les ponts supérieurs. La haute société a des larbins, autrement dit des employés traités comme des sous hommes, au même titre que les Immondes. Les Immondes, on les trouve en fond de cale, dans les ponts inférieurs. Ils étouffent, travaillent les machines pour faire avancer le Worldshaker. Les Immondes ne doivent surtout pas errer dans les ponts supérieurs, ce sont des esclaves. Ils ne savent ni parler, ni se comporter en êtres civilisés. Aussi lorsque Col rencontre Riff, une immonde en fuite, il se sent perplexe. Elle parle, elle est rapide et elle est très intelligente. Peu à peu le doute s'insinue dans son esprit. Et si tout ce qu'il avait appris n'était qu'un leurre? Un ignoble mensonge au service du pouvoir...

Le Worldshaker est un roman complexe. La qualité d'écriture est telle qu'il s'adresse à des lecteurs de bon niveau. L'auteur a su restituer une description minutieuse et rigoureuse des rouages d'une mégalonef. Un immense navire à vapeur, véritable ville offrant un échantillon social des plus complet. Autant sur le plan technique que sur le plan hiérarchique, d'emblée le lecteur découvre un monde social très différent et captivant. Il y a tout sur ce bateau : jardins, écoles, bibliothèques, salle de bal, appartements privés. Mais la raison du Worldshaker est plus subtile. L'intrigue est menée autour des régimes totalitaires qui réduisent en esclavage une partie de la race humaine. L'Histoire est révisée afin de créer les Immondes et de leur ôter tout droits et toute liberté. Une mise en garde contre l'exploitation, ce roman est aussi instructif et philosophique. Les interrogations de Col se font de plus en plus pressantes et insistantes. Le Worldshaker est un roman impeccablement construit et très intelligent quant à ses propos universels : les droits de l'homme, la liberté, la démocratie, et met en garde contre des esprits racistes et extrêmistes.
Uchronie aux allures de steampunk, Le Worldshaker nous fait penser au roman Une ville flottante de Jules Verne où le cosmopolitisme règne. Mais dans le Worldshaker, le climat est tout autre. Sous le règne de Sir Mormus Porpentine, l'ordre établi repose sur une vérité fausse, un mensonge politique orchestré en faveur d'un homme qui a soif de pouvoir et de conquête. Roman initiatique par excellence, l'intrigue est orientée par la rencontre des deux adolescents: Col vit dans ce mensonge alors que Riff se bat pour la notion de justice...


5/5 champignons

Commentaires

  1. ah ! celui-ci aussi je l'ai déjà repéré. bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. Je t'avoue que ce roman ne m'attirait pas plus que ça, mais en lisant ton billet je suis agréablement surprise. Une belle lecture.

    RépondreSupprimer
  3. Bouma! il me travaillait! je le voyais le revoyais! j'ai bien apprécié! je ne regrette pas!

    Miss Jo: il est très différent de tout ce que l'on voit!

    RépondreSupprimer
  4. Si tu mets 5/5 à tout et qu'en plus tu rajoutes des coups de coeur... je ne vais pas m'en sortir ! ;-)

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr