Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

Alexia - Quand nous étions morts

0
Francesc Miralles

Hachette Jeunesse
Collection Black Moon
Traduit de l'espagnol par Anne Calmes
384 pages
17 euros


Sortie en librairie le 11 mai 2011

Roman ados dès 14 ans
Thèmes : Adolescence, Deuil, Amour


Quatrième de couverture : C’est l’histoire de Christian, un jeune Espagnol de 17 ans qui, en perdant son frère jumeau, a perdu le goût de vivre. La seule chose qu’il aime encore : errer dans les cimetières comme une âme en peine, de la musique classique plein les oreilles, en lisant les grands Romantiques. Jusqu’au jour où il entend un chant étrange, comme venu d’outre-tombe, un chant féminin qui le touche au plus profond de son être. Un chant... ou peut-être un rêve ? Deux mois plus tard, il la rencontre enfin. Alexia. Un seul regard et, pour la seconde fois, sa vie bascule.

Christian, 17 ans a perdu son frère jumeau lors d'un accident de moto. Rongé par la culpabilité, il passe ses journées à errer, à écouter de la musique classique, à lire les grands classiques romantiques. Après le lycée, il se rend régulièrement au cimetière et se livre à des pensées torturées. N'ayant aucun ami à qui se confier, Christian préfère la solitude et l'isolement. Mais une rencontre inattendue avec une bande gothique appelée Redrum va changer sa vie et lui faire redécouvrir l'amour...

Si la première partie du roman souffre de lenteur, l'intrigue prend toute son ampleur lorsqu'Alexia arrive dans la vie du héros. La première moitié du livre est assez pesante puisqu'on découvre un adolescent tourmenté, malheureux, esseulé qui, loin de vouloir s'en sortir, se complait dans une sorte de leitmotiv romantique : la vie, la mort...surtout la mort et la culpabilité. Appuyée par les citations des grands poètes (Baudelaire, Flaubert, Dante...) mais aussi par des extraits de chansons de groupes de rock-gothique, placés en début de chapitre, l'ambiance est particulièrement réussie. Nullement larmoyant, on tombe tout de même dans une atmosphère lourde, sombre et sinistre, ponctuée par des allées et venues nocturnes au coin d'une tombe. C'est presque étouffant et je pense qu'il faut prendre du recul avec ce genre de message qui nous plonge dans un univers dépressif. J'ai particulièrement bien aimé le voyage d'été que fait Redrum : un parcours découverte des grands cimetières européens. On ressent l'influence littéraire d'un Zafon dans les descriptions de Francesc Miralles. A plusieurs reprises, j'ai repensé à L'ombre du vent. Survient alors une lueur d'espoir : Alexia. Hélas accompagnée par un groupe gothique peu fréquentable, Alexia a perdu sa soeur jumelle, tout comme Christian et les deux jeunes gens se rapprochent. Commence alors les rendez-vous à minuit, les messages énigmatiques, les virées interdites, les rituels de la Confrérie des pâles. Christian se laisse happer par la bande et devient un gothique marginalisé par le lycée, inquiétant son père qui ne voit pas d'un bon oeil ses nouvelles fréquentations. L'intrigue monte en puissance et l'on sent le coup fatal arrivé...quoiqu'assez imprévisible. A mi-chemin entre le fantastique et le surnaturel, Alexia reste dans la lignée des bons thrillers psychologiques. Au début j'ai vraiment cru à une histoire d'anges déchus du style "Damnés" mais Francesc Miralles sait jongler sur les registres et nous livre finalement une intrigue bien plus réelle qu'il n'y paraît.

J'ai apprécié cette lecture mais j'émettrais un petit bémol qui m'a tiqué : "Je m'étais transformé en une sorte de Bella Swan, mais je n'avais pas de vampire pour m'aimer " , " Le chanteur ressemblait beaucoup à Edward Cullen, mais en plus maigrichon" Alors là je n'ai absolument pas compris une telle référence à Twilight et cela m'a même énormément gênée dans ma lecture. Quel est le but ? A part ça, Alexia saura captiver ses lecteurs même si, à mon sens, il n'est pas le meilleur de Black Moon.



Je remercie Cécile et les éditions Hachette Jeunesse pour l'envoi surprise
La fiche du livre sur Lecture Academy
L'avis de Liliebook

Commentaires

Enregistrer un commentaire

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr