Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

Les orphelines d'Abbey Road - Tome 1 - Le Diable Vert

6
Audren

Ecole des Loisirs
Paru en Janvier 2013
281 pages
14,80 euros

Roman ados à partir de 12 ans
Thèmes : Mystère, Pensionnat, Fantastique, Aventure



Quatrième de couverture : L’orphelinat d’Abbey Road ne s’est pas toujours appelé ainsi. Son véritable nom, il vaut mieux ne pas le connaître. Il vaut mieux ne pas poser de questions, non plus, ni sur ce sujet ni sur aucun autre. Soeur Ethelred n’aime pas que les enfants posent des questions. Elle dit que Dieu apportera toutes les réponses. Ses réponses à elle, ce sont les punitions. Ce soir, comme chaque soir, les pensionnaires ont dit leur prière et soeur Ethelred a coupé l’électricité dans le dortoir. Mais Joy ne peut pas dormir. Elle pense au souterrain que son amie Margarita a découvert sous l’abbatiale. Qu’y a-t-il au bout de ces couloirs qui sentent le soufre ? Pourquoi Prudence ne parle-t-elle plus depuis qu’elle les a visités seule ? De quoi a-t-elle si peur ? D’où vient cette étrange brûlure sur son bras ? Que cache le mince sourire de Lady Bartropp, la bienfaitrice de l’orphelinat ? Et pourquoi la petite Ginger chante-t-elle sans cesse une chanson en latin sans même s’en apercevoir ? Les réponses sont peut-être là, tout près, dans un autre monde.

                                  Joy vit dans un pensionnat victorien tenu par des bonnes soeurs à l'éducation stricte et sévère. Appelé Abbey Road, on connaît également l'église sous un autre nom demeuré caché, du "Diable Vert". D'ailleurs l'aînée des orphelines, Margarita Von Straten, impétueuse et rebelle dans l'âme a repéré une porte secrète qui donne sur un sombre souterrain à l'odeur de soufre. L'idée germe dans les esprits frustrés, en mal de fantaisie, trop étriqués par le poids des soeurs. Joy n'a qu'une envie, céder à l'impulsion de la charismatique Margarita. Malheureusement, Joy et Margarita sont sous l'étroite surveillance de Soeur Ethelred qui veille à leur future vocation envers Dieu. Contrainte de suivre la voie du Seigneur, Joy et Margarita vont manquer leur virée mystérieuse. C'est la jeune et timide Prudence qui va descendre dans les souterrains et en ressortir malade et radicalement transformée. Joy, Margarita et la pimpante Ginger vont chercher un moyen de la sauver. Car Ginger, sautillante et l'air toujours ailleurs semble avoir des capacités magiques : rentrer dans un autre monde, celui d'Alvénir où coule une source d'eau guérisseuse...

Du suspense, du mystère, une bonne dose d'humour, des répliques judicieuses et décalées, des héroïnes attachantes, beaucoup de curiosité, un royaume féérique... Les orphelines d'Abbey Road nous réserve de sacrées bonnes surprises. Dans une ambiance à la Jane Eyre, surannée et gothique, où le quotidien morose force à chercher un peu d'aventures, le roman joue progressivement avec le fantastique et Audren nous emporte dans un univers à la fois merveilleux et délirant. Car Alvénir est un monde aux règles étranges. L'expérience est éprouvante, excitante et a un goût tout neuf de mystère, de secrets, de magie mais aussi de responsabilité, de choix, d'indépendance et de liberté. Pas facile donc car Alvénir cache des aspects bien touchants, reflets des âmes orphelines : la perte des parents, l'envie d'affection et d'amour, l'absence d'une famille, la solitude, la fragilité. On s'étonnera des réflexions existentielles sur la vie, la foi, l'amour et toutes ces choses importantes qui interpellent les orphelines. Au plus grand désespoir des soeurs qui pensent que les questions sont inutiles car Dieu y répondra. Là encore les adultes n'ont pas la côte avec Audren : ils briment et annihilent tout espoir, toute joie, tout besoin de paix et d'insouciance qui sont normalement dus à des petites filles et adolescentes abandonnées. C'est à coup de punitions, de privations de dessert et de méchancetés que les soeurs répondent au besoin d'amour de nos héroïnes qu'on prend d'emblée d'affection et qu'on voudrait protéger.

Ce premier tome est donc parfois bien injuste et révoltant, mais la présence bienfaitrice de Lady Bartropp va atténuer ce sentiment tout comme les répliques pleines de logique et drôles de Margarita. Après tout, tout est une question de relativité! Un point qu'Audren maîtrise à la perfection en confrontant le monde des adultes et des enfants, la réalité et l'imaginaire, les croyances et le diable. Audren joue avec nos sentiments et réussit à nous faire rire, à nous offusquer, à nous enchanter grâce à sa délicatesse, sa justesse. Tout m'a surpris et envoûté dans cette chasse au diable fascinante, dans cette quête initiatique subtile qui sait aborder tant de thèmes : la puberté, l'adolescence, l'amitié, la relation enfant-adulte. Un univers riche d'imagination et de douce folie plein d'émotions, de courage et de volonté. J'ai aimé. J'ai adoré et j'en suis restée bouche bée de bonheur!



Les avis de Laure, Fantasia, et 
Mes compagnons de la soirée I blog you : La mare aux mots,
Un grand merci à l'Ecole des Loisirs.


D'autres titres d'Audren sur le blog :
-Ma grand-mère m'a mordu
-Mauvais élève!
-La rédaction de Soleman

Commentaires

  1. tiens, si tu es emballée à ce point je suis intriguée et je note le titre que j'avais déjà croisé sans y faire attention plus que ça...

    RépondreSupprimer
  2. Le tome deux vient de sortir, tu vas pouvoir continuer !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai commencé le livre, puis je suis partie en voyage, et comme je partais en avion, je n'ai pris que des poches, mais mais mais je reviendrai sur cette histoire ! :D

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr