Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

Brainless

1
Jérôme Noirez

Gulf Stream éditeur
Collection Electrogène
Paru en Mai 2015
256 pages
16 euros

Roman ados dès 15 ans
Thèmes : Zombie, Société, Adolescence

Quatrième de couverture : Jason, adolescent médiocre surnommé Brainless, habite Vermillion, petite ville du Dakota du Sud où la jeunesse s'ennuie. Tous les jours, Brainless se fait une injection de formol, pour ne pas pourrir. Depuis qu'il est mort, étouffé par une ingestion massive de maïs, les deux hémisphères de son cerveau peinent à communiquer. Son estomac ne digère que de la viande crue. Il a cessé de dormir et de respirer. En dehors de cela, son quotidien n'a pas beaucoup changé depuis qu'il est atteint du SCJH - le syndrome de coma homéostasique juvénile, une nouvelle maladie touchant les adolescents, de plus en plus répandue aux Etats-Unis, depuis qu'il est un zombie, autrement dit...Il lui arrive seulement, de temps à autres, de se demander quel goût a le cerveau humain. Mais parmi ses camarades de classe, certains ont des projets bien plus macabres. Entre horreur teintée de gothique et réalisme cru, un texte intelligent, grinçant et pertinent.

Brainless normalement appelé Jason est un adolescent lambda, plutôt ordinaire mais très bizarre. Et là le bizarre n'aura jamais été aussi marrant et attachant car derrière ses allures de gros bêta, Brainless a un bon fond. Alors qu'il n'était pas gâté par la nature, il a fallu qu'il meurt d'une overdose alimentaire, une crise soudaine et hop le voilà mort...puis réveillé. Brainless est atteint d'une maladie qui touche les adolescents américains : le SCJH. Pour faire vite et simple, Brainless (sans cerveau mais pas sans coeur) est à l'état de zombie. Il s'injecte du formol pour que ses organes ne pourrissent pas...Hum appétissant n'est-ce-pas? 

Si l'humour caustique et le cynisme sous-jacent sont là, il m'a manqué quelque chose pour vraiment accrocher à cette histoire de zombies, qui se vend comme telle mais qui en fait est très loin des Walking Dead et compagnie. C'est peut-être pour cela que le rythme de ce roman m'a paru quelque peu lent, pas assez dynamique. Je pense que l'auteur s'est servi du thème très actuel et carton plein des zombies pour en fait parler des adolescents, de certaines dérives identitaires. Prétexte pour le coup original, décalé car l'auteur essaie d'apporter un scénario à son histoire et le syndrome est bien trouvé ;  il en ressort un texte intelligent, assez pertinent. Le gros point fort de Brainless sont les chapitres consacrées aux "confidences de Jason"...j'aurais aimé que ce soit écrit toujours de cette manière. Le retour à la forme du "il" impersonnel est un parti pris mais cela m'a empêché de totalement m'immerger dans l'histoire tellement c'était plus froid et distant.  

Il y a de bonnes idées, un regard judicieux sur la jeunesse d'aujourd'hui (là aussi faudrait arrêter de taper sur la jeunesse américaine et taper ailleurs peut-être, je suis sûre qu'on trouve des jeunes névrosés un peu partout dans le monde! mais bon ça avait un arrière goût d'American Horror Story!) et ses aléas comme la peste narcissique qu'on a toujours envie de claquer avec un prénom à coucher dehors (Cassidy) et quelque chose de plus violent avec la préparation d'une fusillade par deux ados "normaux". Gulf Stream lance ici le premier titre d'une nouvelle collection accrocheuse. Avec Brainless, ça détonne, non seulement pour sa couverture tape à l'oeil, ce orange électrique mais aussi par le choix de l'auteur qui s'inscrit dans ce mouvement des textes personnels. Lui il aime les films d'horreur...bon, ça se ressent dans son écriture, dans sa manière d'aborder les faits. J'ai préféré sa manière d'évoquer la mort plutôt juste, la gêne que ça occasionne, le malaise. Un roman agréable à lire mais qui m'a laissé, malheureusement, de marbre. Question de style... Par contre, je guette les prochains titres car Charlotte Bousquet ne peut que me plaire!

Commentaires

  1. Je prends note, amatrice d'histoires de zombies. Grâce à la couverture, on sait tout de suite de quoi il s'agit! ;)

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr