Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

Nous les menteurs

0
E. Lockhart

Gallimard Jeunesse
Traduit de l'anglais par Nathalie Peronny
Paru en Mai 2015
288 pages
14,50 euros

Roman ados dès 13 ans
Thèmes : Famille, Adolescence, Amour

Résumé de l'éditeur : Une famille belle et distinguée. L'été. Une île privée. Le grand amour. Une ado brisée. Quatre adolescents à l'amitié indéfectible, les Menteurs. Un accident. Un secret. La vérité. Un drame familial époustouflant où culmine le suspense. Une lecture qui, à peine terminée, donne envie de retourner à la première page pour recommencer... 


Lorsqu'on lit les avis sur ce roman, il n'y a que des éloges : "renversant, foudroyant, époustouflant, merveilleux, incroyable, génial..." et je ne vais pas vous mentir, je n'ai jamais rien lu de ce genre. Je suis ressortie de Nous les menteurs complètement séchée. Avant de commencer, j'ai pensé aux Blue Cerise, vous savez, cette bande de quatre copains qui vit en cachant un terrible secret, un accident survenu lors d'un été pendant les vacances.
Nous les menteurs commence un peu pareil, à la différence près, qu'ici, il s'agit de trois cousins et d'un ami : Mirren, Johnny, Cadence et de Gat. Cady raconte leurs étés où à chaque vacance, toute la famille se rejoint sur l'île de Beechwood. C'est une famille riche, chacune des filles a une propriété sur l'île. Tout semble parfait, heureux. La famille est soudée, partage des souvenirs doux et tendres. Ca sent bon les petits plats, le parfum de la plage, des soirées au calme, le grand-père racontant ses souvenirs. Mais la richesse provoque aussi beaucoup de remous : jalousies, rivalités entre soeurs, manipulation, et les petits-enfants se retrouvent au milieu des guerres de successions et d'héritage.
Pourtant les adolescents préservent leur insouciance, leur bonheur. A chaque été, ils inventent plusieurs façons d'échapper au poids de la famille, au devoir de responsabilités...sur la plage, ils vivent, sourient à la vie, s'amusent, profitent de leur jeunesse. Cady tombe amoureuse de Gat et vit des instants magnifiques... Jusqu'au jour où l'on retrouve Cady à demi-consciente. Elle a eu un accident et souffre de migraines et d'amnésie. Le choc disent les médecins. Pour essayer de retrouver la mémoire, Cady retourne sur Beechwood, deux ans après...

Le tour de force de ce roman c'est sa narration. La majeure partie du roman reste classique : adolescence, amitié, amour, vacances, été, plage, premier amour...puis l'accident vient tout chambouler et tout sera tourné autour de cet évènement perturbateur. C'était pendant l'été quinze. On a retrouvé Cady, de nuit, seule, débraillée, presque noyée. Subtilement, brillamment, l'auteur nous fait ressentir que quelque chose de grave s'est passé. La vérité nous est cachée, ainsi qu'à l'héroïne qui bataille, corps et âme, à la recherche d'indices, de souvenirs. Mensonges, secrets, le mystère demeure entier et ça nous frustre tellement qu'on ne peut plus lâcher le livre. La mémoire défaillante de Cady est le leitmotiv du récit. Les questions, les doutes, les malaises, les silences, les regards, l'ambiance devient pesante, oppressante... Le roman est ponctué de plusieurs contes, qui ont toutes une variante et une issue différente, jamais heureuse d'ailleurs. Il y a un Roi, trois soeurs, des soucis de succession et de petits-enfants. Ces contes sont le reflet de ce que vit Cady, de sa manière de percevoir sa famille si distinguée, bien docile et parfaite, mais dessous tout est plus glauque et sombre. On élabore des théories toujours plus violentes : viol, dispute, que sais-je encore! Le personnage de Gat est ambigüe. Puis il y a la vérité, dévoilée en 30 pages à peine et là c'est le CHOC. Je n'ai rien vu venir... je pressentais un drame à cause du ton grave et sérieux de Cady, mais pas de cette ampleur. La réalité dépasse l'imagination. Je suis secouée...je suis bluffée. Quelle prouesse narrative!

Commentaires

Enregistrer un commentaire

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr