Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

Lecture VO en cours

Lecture VO en cours

Coup de coeur

Coup de coeur

Lecture en cours

Lecture en cours

Harper in summer

0
Hannah Bennett

Rageot Editeur
Juin 2017
325 pages
15,50 euros

Roman ados dès 13 ans
Thèmes : Eté, Vacances, Adolescence

Quatrième de couverture : Ceci n'est pas une comédie romantique ! C'est ma vie, à moi, Harper, presque quinze ans. A cause d'une erreur de réservation, adieu la Californie et la plage, bonjour le Montana et ses moustiques! Je passe l'été, au bord d'un lac, coincée dans la maison de vacances, sans électricité ni vraie salle de bain, de mon grand-père, avec toute ma famille de dingues. Et Josh, mon meilleur ami, qui se comporte de façon de plus en plus bizarre. Mais de l'autre côté du lac, il y a Tristan, le garçon le plus beau de la terre. Perspective intéressante ? Avec ma chance habituelle et la généreuse intervention de mon entourage, ça reste à prouver...

Il faut prendre Harper in summer comme ce qu'il est, un roman rafraîchissant et pimpant porté par des personnages drôles et délicieusement insolents (même s'ils disent un peu la vérité aux adultes!), une jolie comédie romantique sans prise de tête qui m'aura fait passer un excellent moment, entre tendresse et éclats de rire. Harper 15 ans est contrainte de partir tout l'été au bord d'un lac glacé du Montana, dans la maison de vacances de son grand-père hipie! Le problème est que toute sa famille l'accompagne, notamment son oncle bobo, sa tante snobinarde et ses affreuses cousines pimbêches. Puis il y a Josh, son meilleur ami d'enfance, sauf qu'en ce moment il se comporte bizarrement envers elle, soufflant le chaud et le froid. Heureusement ce ne sont pas les seuls jeunes du lac, et Harper va croiser Tristan, un beau gosse... car en face de la rive, se trouve les somptueuses maisons des millionnaires dont les enfants imbus d'eux-mêmes se baladent à bord de yatchs et organisent des fêtes branchées...

Entre les conflits des jeunes, les non-dits et les regards sous-entendus des adultes (imaginez que vous deviez supporter votre belle-soeur fainéante et bobo !!) il y a de quoi rire dans Harper in summer. Sur fond de jolie romance initiatique, sur l'apprentissage de l'adolescence et le passage à l'âge adulte, Harper in summer est un roman ado sans prétention dont la tonalité est plutôt vivifiante et rigolote. On y parle de thèmes chers à l'adolescence : les premiers émois, le regar des autres, la différence, le décalage avec les autres jeunes de son âge, l'envie de plaire... J'ai beaucoup aimé les disputes de famille qui nous rendent les personnages entiers et attachants, proches de nous, les vacances qui virent mal (même s'il y a pire!), les premières fêtes et soirées où l'on essaie de capter l'attention... puis Harper qui est prise dans les filets entre Josh et Tristan, cherche sa place. J'ai adoré les réparties cinglantes de Josh vis-à-vis de son père stressé à l'idée que son fils ait aussi le coeur brisé, comme il l'a eu à son âge et les relations alambiquées des adultes qui sous couvert d'être en famille ravalent les rancunes ou les réflexions, histoire de passer "un bon été ensemble" dans la convivialité et la joie. Les enfants, avec toute leur innocence et leur franchise auront vite fait de ramener la réalité sur la table! Toute cette bonne humeur nous offre un cocktail plutôt explosif et plein de légèreté, c'est à la fois affectueux et mignon, juste et bien dosé. J'ai beaucoup aimé!

Commentaires

Enregistrer un commentaire

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr