Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un webzine spécialisé en littérature de jeunesse (mais vous y trouverez aussi de nombreux avis sur la littérature pour adultes) né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Il s'agit d'un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagée, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mes fils.
Mes genres : fantasy/ fantastique, romance, young adult, thriller, historique et contemporain.

Merci à vous et bonne visite...

[MINI-CHRONIQUES] : Lectures faites pour la Saint-Valentin 14/02/2020 : Felony ever after - La distance astronomique entre toi et moi - La rencontre idéale (ou presque)

0
Pour le 14 février 2020, j'ai voulu me faire un double défi : sortir trois vieux romans de ma PAL perso et uniquement des romances. Je dois avouer que ce fut un fiasco total mais au moins ma PAL est diminuée de 3 titres. Il y a eu deux abandons au bout de 100 et 140 pages et une lecture complète mais l'histoire ne m'a pas transcendé. Un petit flop donc mais ma PAL a au moins baissé de 3 titres.


Felony ever after 
Collectif d'auteurs
Editions Robert Laffont
Juin 2018 - 301 pages - 19 euros

Quatrième de couverture : Provinciale de vingt-deux ans fraîchement débarquée à New York, Verity Michaels est réceptionniste dans une boîte où les heures supplémentaires sont monnaie courante. Pratique pour son patron, qui ne rate pas une occasion de la reluquer. Un soir, alors qu'elle hèle un taxi pour rentrer chez elle, elle se retrouve contrainte de partager la course avec Hudson Fenn, un jeune homme tatoué des pieds à la tête. Durant le trajet, le chauffeur se prend le bec avec un autre conducteur et descend de la voiture ; Hudson attrape alors le volant et s'enfuit tranquillement avec le taxi... sans oublier de déposer Verity chez elle. Le lendemain matin, le jeune homme apparaît à son bureau : il est coursier à vélo et dépose un mystérieux colis pour son patron. Une relation explosive se noue entre eux : il est beau, séduisant, dangereux, et vit comme un prince ; elle est méfiante, drôle et moderne. De tweets coquins en rendez-vous torrides, Felony Ever After nous offre une comédie romantique très sexy par les meilleures plumes du genre, qui ont écrit tour à tour un chapitre pour donner forme à ce cadavre exquis insolite et épicé. 

J'ai tenu 100 pages pour ce titre. Je dois dire que j'ai été peu enthousiaste face à la médiocrité et à la pauvreté du style littéraire de cette pseudo romance. Felony ever after met en avant un personnage féminin Verity Michaels qui jure comme pas possible et a un langage vraiment pauvre et grossier. J'ai eu énormément de mal à apprécier cette fille. Un soir alors qu'elle hèle un taxi pour rentrer chez elle, elle se voit contrainte de le partager avec Hudson Fenn, un jeune homme un brin bad boy entièrement tatoué qui ne laisse pas Verity indifférente. Le lendemain matin, le patron de Verity lui confie une mission particulière : récupérer un mystérieux colis. Les questions vont bon train et devinez qui livre le colis ? Ce cher Hudson... j'ai réussi à lire 100 pages et si l'ambiance se veut moderne, drôle et amusante avec cette histoire de colis, cette mini enquête de Verity, je n'ai pas du tout apprécié le personnage féminin. Les chapitres sont ponctués de tweets et là encore ça n'est pas passé. Au bout de 100 pages, comme je n'étais guère emballée et peu encline à savoir finalement de quoi il retourne entre Verity et Hudson qui jouent au jeu du chat et de la souris, et sur ce fameux colis... Bref c'est dommage. Avec une écriture un peu plus soignée, un soupçon d'originalité, l'intrigue de départ aurait pu le faire...


La distance astronomique entre toi et moi
Jennifer E. Smith
Hachette Jeunesse - Collection Bloom
Ocotbre 2014 - 384 pages

Quatrième de couverture : Panne de courant généralisée à New York. Immobilisés dans l'ascenseur, Owen et Lucy font connaissance. Lui, le fils du gardien, qui vient de perdre sa mère. Elle, la solitaire, aux parents globe-trotteurs. Ils ont juste une nuit, une nuit féérique où la ville est éteinte, à partager en haut d'un toit, à contempler les étoiles et à rêver de voyage. Jusqu'où une seule nuit peut-elle les emmener ? 

J'ai lu 140 pages de ce titre qui m'attendait dans ma PAL depuis bien trois ans voire quatre ans. Je me suis dit, c'est le moment ou jamais. Mais de l'eau a coulé sous les ponts entre le moment où j'ai acheté ce titre (mon envie de le lire pour son côté poétique et romantique) et ma lecture. Parce que entre temps j'ai connu Tillie Cole, Colleen Hoover et bien d'autres romances qui ont sur me captivé à un point.
Je qualifierais ce titre de gentillet, pas forcément nian nian ou niaiseux mais presque. C'est d'un mou ! Et je vois mal deux adolescents coincés dans un ascenseur parler d'étoiles, de nuit, d'avenir. Leurs discussions sont un peu trop timorées et pas assez réalistes. Sinon c'est très mignon. Lucy, fille de parents fortunés, élève sérieuse d'une bonne école huppée, discrète et Owen fils du gardien de l'immeuble qui vient de perdre sa mère. Le cliché social est sous-jacent mais passe encore. Ils sont tous deux des solitaires, des cérébraux et pendant cette nuit entière, ils vont partager une belle discussion. Sauf que voilà, c'est bien beau de contempler les étoiles en haut d'un gratte-ciel, au bout de la page 140 ça n'avance pas mieux. Dépitée, j'ai refermé ce roman que j'ai offert à l'une de mes petites cousines en espérant que sa fraîcheur des années adolescentes appréciera plus cette romance un peu trop idéalisée...


La rencontre idéale (ou presque)
Angela Morelli - Série Les Parisiennes
Editions Harlequin -&H
Mars 2017 - 294 pages - 7,50 euros

Quatrième de couverture : Elle pensait être à l'abri de toute tentation... Elle se trompait doublement. Un séjour détox. Voilà comment Louise envisage ses vacances dans la maison de campagne que lui a prêtée une amie : air pur et nature devraient l'aider à se déconnecter de sa vie parisienne survoltée. Mais, surtout, c'est l'occasion parfaite de débuter sa période sans homme ; au beau milieu de la Picardie, cela ne devrait pas être très compliqué de résister à la tentation.
Du moins, c'est ce qu'elle pense avant de rencontrer Joffrey, son voisin apiculteur, et Arnaud, l'artisan chargé des travaux de la grange attenante. Deux hommes radicalement différents, mais qui ont un point commun : le danger qu'ils représentent pour ses bonnes résolutions. Parviendra-t-elle à tenir sa promesse ?


Autant j'avais adoré L'homme idéal (en mieux), autant le deuxième titre de la série Les parisiennes m'a paru moins réussi. Je n'y ai vu que des clichés entre la parisienne qui a besoin de s'évader et va à la campagne avec son air un peu supérieur et l'air de valoir mieux que les habitants du coin. Heureusement elle va se calmer et prendre un peu de plomb dans la cervelle, gagner en humilité et en intelligence du coeur. Et je n'ai pas trop aimé la manière dont on oppose la vie parisienne survoltée à la vie en Picardie!! qui peut-être tout aussi mouvementée. Paris n'a pas l'adage des vies les plus intéressantes, loin de là. Mais bref passons sur les clichés où les parisiens ont des vies plus intéressantes que les provinciaux ! L'histoire est quant à elle, plutôt divertissante et acceptable. On passe un bon moment mais j'ai beaucoup moins ri que pour d'autres comédies romantiques. J'ai bien aimé mais sans plus, je n'ai pas eu la frénésie et le côté addictif que j'aime ressentir lorsque je lis des romances notamment des histoires d'amour au caractère explosif et plein d'humour. Un roman lu en toute simplicité, que j'aurais aimé adoré mais qui a tout juste rempli sa fonction de divertissement.


Commentaires

Enregistrer un commentaire

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr