Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

Une nuit @ the call center

13
Chetan Bhagat


Editions Stock
Traduit de l'anglais par Claire Breton
332 pages

*Livre relu dans le cadre de mon Défi perso 2009.

Résumé: Une nuit de Thanksgiving dans un call-center de la banlieue de Delhi.L'agent Sam (de son vrai nom Shyam) tente d'oublier son ex-petite amie Priyanka qui occupe le poste téléphonique juste en face du sien. Vroom en pince en silence pour sa collègue Esha, obsédée par l'idée de devenir mannequin, perspective évidente d'une vie plus glamour. Radikha, jeune mariée tout énamourée, a prouvé son dévouement pour sa belle-famille très conservatrice en ôtant ses jeans pour endosser le sari traditionnel.Fait également partie de l'équipe Tonton Garde-à-vous, retraité de l'armée indienne, qui travaille au call-center pour arrondir ses fins de mois. Forcés de répondre aux questions saugrenues de clients américains peu au fait de la technologie de leur four à micro-ondes, nos héros ne sont cependant pas insensibles aux charmes du consumérisme à l'occidentale et, pour tenter d'y accéder, ils s'efforcent de se conformer aux désirs farfelus d'un manager incompétent.Tout cela jusqu'à ce que, cette fameuse nuit, Dieu en personne les interpelle - sous la forme d'un coup de fil - et les invite à prendre en main leurs destins. Cette comédie sentimentale rocambolesque compose le portrait d'une part croissante de la population indienne, employée - pour ne pas dire exploitée - par les sociétés occidentales, et notamment américaines. Mais elle s'inspire plus largement des aspirations et des frustrations des armées de travailleurs précaires qui peuplent la planète. Dès la publication de son premier roman Five Point Someone, Chetan Bhagat est devenu l'icône de la jeunesse indienne.Bollywood prépare une adaptation de ses deux premiers romans.


Une nuit @ the call center
est un roman pour le moins surprenant. Se déroulant au cours d'une seule nuit, les chapitres se succèdent au fil des heures. Cela commence à 20h30, heure à laquelle Shyam (qui nous raconte cette histoire) se lève pour commencer sa "journée" de travail. Tous les acteurs de cette nuit travaillent dans un call center où ils répondent et aident les utilisateurs américains à réparer leurs produits électroménagers. Un boulot alimentaire, répétitif, à la chaîne comme on dit mais qui est nécessaire afin de vivre dans un pays dit économiquement faible. Chacun a ses rêves, ses projets mais voyez-vous au cours de cette nuit tout foire. Et oui! Cela commence par un problème technique qui rend les employés du call center inefficaces, leur manager ne sait absolument pas gérer la situation et le trio Radhika, Esha et Priyanka se fait des confidences surprenantes, déroutant leurs collègues masculins Vroom et Shyam. Tous ils décident de déserter temporairement les lieux pour s'octroyer un peu de répit mais surtout pour s'accorder une pause psychologique car tous ont les nerfs à vifs, c'est alors que par la même nuit, le cours de leurs vies va être chamboulé...

Dans ce roman il y a tout ! Intrigues amoureuses, déboires et autres misères de la vie quotidienne. Le récit est foisonnant de détails et l'écriture est haletante, rythmée par des dialogues croustillants, remplis d'une vérité pas toujours facile à accepter. Petit à petit, on sent où l'auteur nous emmène: le récit d'une nuit banale et d'un coup l'arrivée d'un fait extraordinaire, un coup de fil de Dieu, quelque chose d'aussi spontané et incroyable qui se révèle être comme une prise de conscience pour sortir de l'impasse. Un mélange des genres inattendu, qui laisse le lecteur en proie au doute, à l'interrogation. On ne tombe nullement dans quelque chose de lourd ou de burlesque, au contraire il se cache derrière la vie de ces jeunes téléconseillers, une vive critique de la société de consommation, du capitalisme américain. Ca parle aussi de la jeunesse indienne, de ses ambitions ou illusions perdues aux confins de l'exploitation, d'un culte au corps et de ses idéaux en prise avec les traditions ancestrales. Shyam est cette sorte d'anti-héros complètement blasé, totalement à l'ouest, et se considérant comme un loser, dont les propos révèlent un profond malaise social. Le récit prend quelque fois des allures de militantisme mais on s'y embarque allègrement. Un roman "made in Bollywood" où quand un quotidien quelconque devient une aventure rocambolesque...



3,5/5 champignons

Commentaires

  1. En tous cas, tu donnes envie de le lire !

    RépondreSupprimer
  2. Ca a l'air pas mal, je notele titre!

    RépondreSupprimer
  3. il me plait ton billet, et puis l'Inde, je ne resiste pas...alors je note!!!

    RépondreSupprimer
  4. Merci Lael pour tous tes commentaires, ça fait super plaisir!

    RépondreSupprimer
  5. Merci Lael pour tous tes commentaires, ça fait super plaisir!

    RépondreSupprimer
  6. Merci Lael pour tous tes commentaires, ça fait super plaisir!

    RépondreSupprimer
  7. Merci Lael pour tous tes commentaires, ça fait super plaisir!

    RépondreSupprimer
  8. ahhh So, y' a eu un bug!!! et tes deux autres commentaires ont été perdus snifff!!

    Cécile et Bel gazou: un film serait prévu en plus!!!

    RépondreSupprimer
  9. et voilà !!! encore un qui va me plaire!!!! au secours!!! je n'y arrive plus!!!!

    RépondreSupprimer
  10. Je sais Callophrys c'est horrible!!! tous ces livres de partout!!!

    RépondreSupprimer
  11. Vivement qu'il sorte en poche !

    RépondreSupprimer
  12. Moi qui aime la littérature indienne, je ne connaissais pas ce roman, que je m'empresse de noter!!

    RépondreSupprimer
  13. J'ai beaucoup aimé ce livre. Je n'ai pas lu le second tome. Je troiuve que c'est un roman jeunesse fort bien écrit, il parle par métaphore (ou pas) de choses telles que la préservation de l'environnement ou la dictature et la manipulation, de la xénophobie etc. Et pour ne rien gâcher, comme tu le disais, c'est très agréable à lire!

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr