Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

La solitude des nombres premiers

10
Paolo Giordano

Editions Seuil
Traduit de l'italien par Nathalie Bauer
328 pages


Paru en Mars 2009
Résumé: Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux-mêmes ; soupçonneux et solitaires, certains possèdent cependant un jumeau dont ils ne sont séparés que par un nombre pair.Maffia, jeune surdoué, passionné de mathématiques, en est persuadé : il compte parmi ces nombres, et Alice, dont il fait la connaissance au lycée, ne peut être que sa jumelle. Même passé douloureux, même solitude à la fois voulue et subie, même difficulté à réduire la distance qui les isole des autres. De l'adolescence à l'âge adulte, leurs existences ne cesseront de se croiser, de s'effleurer et de s'éloigner dans l'effort d'effacer les obstacles qui les séparent.Paolo Giordano scrute avec une troublante précision les sentiments de ses personnages qui peinent à grandir et à trouver leur place dans la vie. Ces adolescents à la fois violents et fragiles, durs et tendres, brillants et désespérés continueront longtemps à nous habiter.




Alice et Mattia. Deux êtres humains à la psychologie ambigüe, deux êtres uniques au destin peu heureux. Chacun a vécu son drame, et comme une plaie qui ne cicatrisera jamais, leur vie est empreinte d'une différence frappante et dérangeante pour leurs proches. Alice est anorexique, un malaise non sans rapport avec son accident de ski qui lui a valu une jambe boiteuse à vie. Mattia se mutile, comme pour mieux se remémorer le mal qu'il a fait à sa soeur Michela en l'abandonnant seule dans un parc. Un accident de parcours qui survient à l'enfance et tout est emporté par la solitude des nombres premiers. Chacun vit une adolescence semée d'une souffrance incassable. Ils ne se cachent pas, le malaise est palpable. On le ressent. Les sentiments sont profonds mais dilués dans une existence froide et inerte. Alice ne goûte pas aux saveurs de la vie, elle est comme aseptisée au bonheur: elle se marie, devient photographe mais c'est machinal et quand vient le moment fatidique : celui de donner un enfant à son mari; tout lui explose à la figure. Et Mattia, plongé dans les mathématiques, un univers logique, neutre, sans failles alors que lui-même dérive vers une solitude inébranlable.

Alice et Mattia, deux nombres premiers, faits l'un pour l'autre et dont le jumelage vole en éclat par un isolement forcé. Ils se rencontrent, se séparent, se recroisent, ils s'embrassent mais jamais ils ne feront qu'un, séparés par le poids d'un passé qui les contient dans un monde à part. Paolo Giordano livre ici un portrait à la fois tendre, touchant et dont la précision est gênante. Mattia et Alice sont des personnages riches, violents, puissants, mais on a bien envie de secouer tout ça pour vivre un peu de bonheur. Hélàs, non. La tristesse est ancrée dans les corps, elle atteint les coeurs mais tout n'est qu'obstacle: des murs, des portes scellées. Rien n'entrave une solitude inviolable. Un roman beau et intense où Paolo Giordano pratique une véritable "autopsie" de l'humanité souffrante, sous une plume dure mais vibrante, et forment une fresque qui illustre la complexité des relations. Inévitablement, on ne peut qu'être sensible à Mattia et à Alice, ces deux blessés qui malgré tout, dévoilent leur halo de tendresse grave et nostalgique...cette tendresse qui résonnera longtemps dans nos mémoires de lecteurs.


Je remercie très sincèrement Suzanne de Chez les filles et les éditions Seuil pour la découverte de ce roman magnifique... A lire les billets de Sylvie, Yueyin, Aifelle, Armande, Nanne


4/5 champignons

Commentaires

  1. J'ai moi aussi été touchée par ce roman, que j'ai trouvé beau et poignant, en même temps que très original dans sa manière d'aborder le sujet.
    merci pour le lien:)

    RépondreSupprimer
  2. Ton billet reflète bien ce que j'ai éprouvé pendant cette lecture, avec une toute petite lueur d'espoir à la fin.

    RépondreSupprimer
  3. Un beau roman , bien maîtrisé... et un peu d'espoir à la fin, c'est vrai!

    RépondreSupprimer
  4. Il semblerait que ce roman t'ait touché droit au coeur, Lael !! C'est vrai qu'il est sensible, même si j'ai perçu une écriture plus âpre, cartésienne, mathématique, presque froide ... Mais cela m'a beaucoup plu et c'est l'essentiel !

    RépondreSupprimer
  5. Je ne lis que de beaux billets sur ce livre. Mais je n'ai toujours pas envie de le lire. :/ Bizarre.

    RépondreSupprimer
  6. Etonnant comme les articles riches et émus sur ce livre ne parviennent pas à me convaincre. Comme Leiloona, quelque chose, un je ne sais quoi, ne me donne pas envie d'entreprendre cette lecture.

    RépondreSupprimer
  7. j'ai aussi beaucoup aimé! Notamment le fait que l'auteur ne nous dévoile pas tout, n'explique aps tout. Et ces personnages sont attachants!

    RépondreSupprimer
  8. J'aime beaucoup ton billet, il reflète très bien ce que j'ai ressenti à la lecture de ce roman.

    RépondreSupprimer
  9. Encore un beau billet sur ce beau roman !

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour, je viens de finir de le lire. C'est bien car l'histoire sort de l'ordinaire et les personnages principaux sont attachants mais ce n'est pas inoubliable de par le style neutre (c'est certainement voulu). Bonne journée.

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr