Jules Renard

"CHACUNE DE NOS LECTURES LAISSE UNE GRAINE QUI GERME" - Jules Renard

Vive les vacances! Tous à la plage...


mardi 12 mai 2009

Jolies ténèbres

Pommepuy
Fabien Vehlmann
Kerascoët

Editions Dupuis
Bande dessinée 92 pages couleurs
Paru en Mars 2009

Jolies ténèbres est une bande dessinée énigmatique qui brouille les frontières: du Voyage de Gulliver à une sorte d'Alice au pays des non-merveilles, cette bande dessinée est sans conteste une oeuvre à part dans la production BD du moment. Kerascoët, le dessinateur et Fabien Vehlmann le scénariste nous "enchantent" par un conte qui est loin d'en être un si ce n'est terriblement cruel et terrifiant. D'emblée, ce qui m'a plu dans cette BD est la couverture, très belle, d'un bleu assez aguicheur avec une petite miniature qui laisse présager une BD jeunesse. Mais si on y regarde de plus près, c'est le gros plan d'une tête qui semble appartenir à une petite fille endormie qui retient toute l'attention. Le tout conjugué laisse présager une BD intéressante, où le scénario paraît original. Je ne m'étais pas trompée. Une fois ouverte, cette bande dessinée est comment dire un chef d'oeuvre. Et pourtant, à sa lecture, le lecteur est noué, gêné, éprouvé par un scénario d'allure morbide mais dont toute la teneur réside en des dessins magnifiques, lumineux, très colorés qui découvrent un univers champêtre, au coeur d'une forêt. Les paysages sont dessinés avec une grande beauté créant un contraste puissant avec l'histoire qui est d'un sombre presque machiavélique.

C'est l'heure du goûter, Aurore a tout préparé. Hector la trouve très belle. Ils échangent de doux compliments. Cela respire la joie et le sourire lorsque le plafond se met à dégouliner. En fait Aurore a élu domicile dans le corps d'une fillette laissé en pleine nature. Tout un monde en miniature fuit le cadavre. La survie s'impose, et tous les petits amis vont s'y mettre pour construire une communauté. Aurore est la première à aider; alors que progressivement on s'aperçoit que l'amitié n'est pas née de la mort. Loin de là. Chacun est mesquin, hypocrite, méchant, comploteur, cruel, aux pensées malsaines et horrifiantes. Aurore symbolise l'innocence, la naïveté, la candeur; peut-être celles de la petite fille morte? Les petits êtres si mignons soient-ils nous montrent une facette obscure de l'âme humaine, celui du monde adulte et parfois de l'enfance même: des jeux apparemment innocents qui cachent une cruauté naissante, une imagination atroce. Cette bande dessinée soulève donc bien des questions, elle ne laisse en aucun cas indifférent. De doutes aux suppositions, impossible de lâcher "Jolies ténèbres" dont l'oxymore est de rigueur: entre cauchemar et rêve, entre innocence et violence, entre cruauté et naïveté, entre clarté et obscurité. Un scénario tout en contraste avec les illustrations. Un univers paradoxal, nullement glauque mais psychologiquement fascinant. Aurore, notre héroïne porte le même nom que la fillette morte dans les bois, une autre que l'on surnomme "la dégoûtante" refuse de quitter le corps de la fille... comme un refus de voir la mort en face. A noter également est cette froideur, ce recul noir des choses, une absence de sentiments qui prend le lecteur au dépourvu car tout dans cette BD suscite l'émotion ou du moins l'intérêt: certains la rejetteront avec fureur en pensant que l'histoire est trop dérangeante et dérangée, quelque chose qui gêne et qu'on refuse, alors que d'autres, comme moi reconnaîtrons là la marque et un style particulier, qui mérite qu'on s'y attarde. Un monde hostile, inhospitalier, atteint par une méchanceté profonde, à demi-voilée par des mièvreries et des sourires moqueurs qui n'ont rien d'une invitation amicale. Bien au contraire, je vous invite à lire "Jolies ténèbres", ce conte noir dépourvu de tendresse, parsemé d'une peur sans certitudes, où l'égoïsme et la vanité l'emportent sur l'imagination merveilleuse de l'enfance.


Planches et illustrations Copyright Droits Réservés

14 commentaires:

Stephie a dit…

C'est magnifique !! Je note, merci ;)

Lilly a dit…

J'ai pour principe de ne jamais lire plus d'une BD par décennie, mais depuis une semaine, c'est la fête, et ton billet est vraiment très très tentant !

Neph a dit…

C'est un graphisme vraiment splendide ! Mais l'histoire a l'air vraiment glauque... Je ne sais pas quoi en penser !

Ys a dit…

Les illustrations que tu donnes sont très belles et ton billet très tentant : je note cette BD, tout à fait dans mes cordes.

Manu a dit…

Superbe billet ! Je l'avais déjà notée depuis longtemps et tu confirmes que je dois la lire ! En plus, c'est le même auteur que pour Miss pas Touche.

Lael a dit…

Stephie! Merci à toi!!J'espère que la BD te plaira!

Manu: Je ne connais pas Miss pas touche, je vais aller me renseigner

Ys! c'est une BD fort intéressante

Neph! le graphisme est splendide oui pas de doute, l'histoire est certes glauque mais le traitement psychologique est impressionnant. Comme je disais il y aura deux catégories de lecteurs! ceux qui la rejetteront car trop "bizarre" et les autres qui l'intègreront. En tout cas dans le genre BD ça change de ce que l'on voit habituellement.

Lilly! je suis très difficile en BD, c'est rare quand j'en lis et quand j'en lis je les choisis vraiment par minutie et rigueur! Faut que ça sorte du lot sinon j'ai du mal avec les Bd et là fait rare la couverture est aussi belle que les planches intérieures! j'ai beaucoup aimé

Florinette a dit…

Elles sont superbes ces illustrations, mais, même si elles me feraient faire des cauchemars, je n'y résiste pas ! ;-)

La liseuse a dit…

cet album a eu de très très très bons retours. Je craquerai peut-être !

Karine :) a dit…

Les thèmes me plaisent, le côté glauque est décalé me plaît et les images aussi... résultat, faut que je lise cette BD! Absolument!

aBeiLLe a dit…

Wow! Ça l'air géniale comme BD! Les dessins sont superbe! Et le résumé tentant! ;o)

Lael a dit…

aBeiLLe: bienvenue sur ce blog!!!

Leiloona a dit…

Le graphisme est superbe ! Hop, dès cet après-midi, cette BD sera mienne ! ;)

Marie a dit…

Superbe album, très intriguant, en effet, dès la première de couverture... Une fable sur la perte de l'enfance et de l'innocence que j'ai trouvé d'une justesse et d'une finesse plutôt rare. La duplicité des illustrations apportent à l'ouvrage une "inquiétante étrangeté" que Freud n'aurait sans doute pas contesté! ...Quand l'enfant se découvre "pervers polymorphe"...

Hambreellie a dit…

Encore noté pour un swap : mici :)