Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

La Confusion des sentiments

15
Stefan Zweig

Le livre de poche
Traduit de l'Allemand par Olivier Bournac/ Alzir Hella
126 pages

Résumé: Au soir de sa vie, un vieux professeur se souvient de l'aventure qui, plus que les honneurs et la réussite de sa carrière, a marqué sa vie. A dix-neuf ans, il a été fasciné par la personnalité d'un de ses professeurs ; l'admiration et la recherche inconsciente d'un Père font alors naître en lui un sentiment mêlé d'idolâtrie, de soumission et d'un amour presque morbide. Freud a salué la finesse et la vérité avec laquelle l'auteur d'Amok et du Joueur d'échecs restituait le trouble d'une passion et le malaise qu'elle engendre chez celui qui en est l'objet. Paru en 1927, ce récit bref et profond connut un succès fulgurant, en raison de la nouveauté audacieuse du sujet. Il demeure assurément l'un des chefs-d'oeuvre du grand écrivain autrichien.

De Stefan Zweig, je n'avais lu que Le Joueur d'échecs en Terminale Littéraire, j'en garde un bon souvenir. Pour La Confusion des sentiments, la lecture me fut tout aussi agréable. D'une écriture fine et raffinée, portée par des mots symboliques, par des tournures subtiles et sublimées, ce court roman évoque un rapport humain passionnant. Une grande prouesse dans la manifestation de sentiments contradictoires, équivoques et difficiles à éprouver. J'ai trouvé cette confusion des sentiments très authentique, précoce pour une époque faite de retenues, mais en aucun cas je n'ai trouvé le texte sulfureux. Certes le thème est tabou, empreint de suspicion et de préjugés face à une relation que l'on juge malsaine voire perverse. Au contraire, avec une délicatesse et une intelligence confirmées, Stefan Zweig dépeint une relation particulière, où le respect et l'admiration se font écho dans un constant échange d'idées. Le maître et son étudiant, tous deux dépendants d'une certaine manière l'un de l'autre. Un professeur terne mais dont le discours est passionné, et un étudiant jeune et motivé qui a soif d'apprendre, soif de connaître. Une profonde amitié naît, mais c'est surtout l'idôlatrie du jeune étudiant qui nous surprend. Un jeu d'attirances, de mépris, de passion puis de colère qui se mêle joyeusement en un tourment certain. Plusieurs fois le lecteur se prend à avoir peur pour l'élève, peur de sa naïvité, de son trop grand enthousiasme, de cette envie qui le pousse sans cesse vers le professeur qui l'attire comme un être énigmatique. Il sent le danger d'un tel dévouement, il ressent le malaise quand le professeur s'éloigne et le rejette. Mais il continue à être là, fidèle. La Confusion des sentiments c'est aussi cet aspect là de la fidélité malgré le mal, le rejet, l'ironie, la moquerie. La fidélité, le respect envers quelque chose qui nous blesse. Stefan Zweig explore donc les profondeurs de l'âme quand celle-ci est prise dans une passion troublante. J'ai aimé cet étudiant plein de fougue, de doutes, d'interrogations et j'ai aussi aimé le professeur dont la fin nous révèle toute l'ampleur du drame, toute l'ampleur de son courage et de sa maîtrise. Un roman fort, vrai qui interpelle en chacun de nous cette confusion, car qui n'a jamais douter de l'Autre, qu'il soit homme ou femme. La Confusion des sentiments est un roman des amours universelles, où l'esthétique littéraire n'a d'égale que sa dimension spirituelle et affective. Assurément, un très beau roman.


Je ne dois pas être la seule à l'avoir lu parmi la blogosphère et pour une fois je vous envoie chez Bob pour voir les divers billets...


5/5 champignons

Commentaires

  1. Je le note celui là car il me faut découvrir cet auteur !!!!

    RépondreSupprimer
  2. Je ne me souviens plus du tout de ce livre. Mais j'espère que ta lecture te conduira à relire très vite cet auteur ;o)

    RépondreSupprimer
  3. Que dire de plus sur le bonheur de lire S.Zweig ? Celui-ci est le premier que j'ai lu, il m'a définitivement marquée.

    RépondreSupprimer
  4. Hambreellie! il se lit très vite, en une journée voire quelques heures suffisent

    Emmyne et Lilly: je voudrais bien lire Vingt-quatre heures de la vie d'une femme et relire Le joueur d'échecs!

    RépondreSupprimer
  5. Très beau billet, qui m'a replongée dans le livre.
    Continue ta découverte de Zweig bien sûr!

    RépondreSupprimer
  6. Merci Keisha! je dois avouer qu'écrire un billet sur Stefan Zweig me paraît si dérisoire comme si on ne pouvait pas rendre l'intensité de son roman!

    RépondreSupprimer
  7. C'est le premier livre que j'ai lu de Zweig et j'ai moi aussi été marquée par la qualité et la délicatesse de sa plume. J'ai "Vingt-quatre heures de la vie d'une femme" dans ma PAL. Tous les billets sur l'auteur me donne envie de l'en sortir.

    RépondreSupprimer
  8. On m'a conseillé ce livre de nombreuses fois, il faudrait que je pense à le lire. ;)

    RépondreSupprimer
  9. J'ai particulièrement apprécié "La confusion des sentiments" de Zweig, même si ce n'est pas celui que je préfère ... J'ai un faible pour "Le joueur d'échecs" ! Mais Stefan Zweig reste pour moi un auteur délicieux, merveilleux et envoûtant ... Chaque livre est un moment de vrai bonheur littéraire !

    RépondreSupprimer
  10. Ton article est particulièrement réussi et décrit magnifiquement l'ambiance de ce très beau livre plein de pudeur et de force!

    RépondreSupprimer
  11. j'ai lu il y a des années le magnifique Joueur d'échecs, et puis plus rien de Zweig. Assurément, il me faut lire celui-ci qui semble magnifique!

    RépondreSupprimer
  12. Ce roman m'a beaucoup décontenancé, et même déprimé. Peut-être évoque-t-il trop de sujets à la fois. Toujours est-il que je n'ai pas aimé cette lecture, incomparable au fameux Joueur d'échecs.

    RépondreSupprimer
  13. Nicolas Bienvenue dans Sous le feuillage, oui effectivement La Confusion des sentiments est un livre fort, qui peut déranger!!! mais ce qu'il y a de bien c'est qu'il trouve toujours un écho chez le lecteur et c'est l'essentiel!! Merci de ta visite

    RépondreSupprimer
  14. J'ai lu aussi que Le joueur d'echec et La confusion des sentiments et dans ma PAL et la encore tu me donnes envie de le lire ! ;-)

    RépondreSupprimer
  15. Zweig parvient à nous plonger complètement dans cette relation et l'on ressent un vrai malaise, une réelle confusion à un moment donné

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr