Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un webzine spécialisé en littérature de jeunesse (mais vous y trouverez aussi de nombreux avis sur la littérature pour adultes) né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Il s'agit d'un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagée, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mes fils.
Mes genres : fantasy/ fantastique, romance, young adult, thriller, historique et contemporain.

Merci à vous et bonne visite...

Les paupières

11
Yoko Ogawa

Actes Sud
Babel
Nouvelles traduites du japonais par Rose-Marie Makino-Fayolle
Paru en Octobre 2009
205 pages
7,50 euros

Quatrième de couverture : Une petite fille touchée par l'élégance d'un vieil homme le suit dans son île et devient son alliée face à l'hostilité du monde environnant.Dans la maison vit aussi un hamster, au regard dépourvu de paupières. Une Japonaise prend l'avion pour l'Europe. A ses côtés s'installe un homme qui lui parle puis s'endort. Sa voisine, incapable d'un tel abandon, l'interroge. Dans l'obscurité du vol de nuit, l'inconnu lui révèle alors l'existence des "histoires à sommeil". Une jeune femme part en voyage pour tenter de fuir ses insomnies. En s'éloignant de son pays, de son amant et de ses habitudes, elle espère trouver suffisamment d'étrangeté pour, le soir venu, s'endormir tranquillement.Dormir, s'endormir, s'éloigner du monde pour retrouver le chemin de l'inconscient, tel est le propos de ce recueil de nouvelles à lire comme une très belle introduction à l'oeuvre de Yoko Ogawa, aujourd'hui mondialement reconnue.
A propos de l'auteur : Yoko Ogawa est née en 1962.Elle a obtenu le prix Kaien pour son premier roman publié en 1988, puis le prestigieux prix Akutagawa en 1991. Son oeuvre, qui ne cesse d'être traduite dans le monde entier, est publiée en France par Actes Sud.

Yoko Ogawa est pour moi un auteur important de la scène littéraire japonaise, au même titre qu'un Haruki Murakami. Mes lectures Amours en marge et Cristallisation secrète ont été des instants rares, suspendus dans le temps tellement les mots de Yoko Ogawa sont naturels. Les histoires tout comme les mots entrent en résonnance avec nos émotions. En lisant Les paupières, j'ai encore ressenti cette sérénité, cet apaisement dans les relations humaines et qui nous font apprécier ces moments d'intimité et de complicité. Entre fantastique et poésie, Les paupières est un recueil de huit nouvelles surprenantes. Je ne saurais vous dire laquelle est ma préférée. Elles ont chacune une particularité, une chose à nous raconter.
On y apprend l'existence des "histoires à sommeil" qui aident l'esprit à se détendre et à accueillir le sommeil. On croisera une vieille dame à bicyclette, vendeuse de légumes dont certains brillent la nuit d'une lumière presque surnaturelle. On prendra un cours de cuisine saugrenu, où finalement les élèves n'apprennent rien et assistent à l'évacuation des canalisations d'un évier. Une femme cherche à fuir ses insomnies... Toutes les nouvelles ont un lien avec le sommeil : dormir, s'endormir, ne pas rêver, mourir aussi.

Dans une écriture délicate, onirique et mélancolique, Yoko Ogawa offre un recueil déroutant, qui plonge son lecteur dans une lente torpeur. Les personnages rencontrés contiennent une inquiétante étrangeté comme cette dame collectionneuse d'odeurs, si bien que souvent les choses paraissent irréelles. Pourtant les relations humaines sont décrites avec raffinement, dans un style épuré et sobre : une écriture des sens où même le silence est significatif. Les Paupières est un recueil paré de mystère, chargé d'émotions qu'on ose à peine frôler de peur qu'elles s'évanouissent. C'est ce que j'ai ressenti et ce que je ressens quand je lis du Yoko Ogawa.




Le billet de Pimprenelle sur Hôtel Iris.

Prochain rendez-vous "Découverte d'un auteur" de Pimprenelle, le 29 septembre avec Marie-Aude Murail.

Commentaires

  1. Délicat et déroutant, c'est en effet tout le paradoxe qui semble caractériser l'écriture de Yôko Ogawa. Je m'y replongerai c'est certain!

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup la sobriété sur cette vie qui passe avec Ogawa.

    RépondreSupprimer
  3. Bien que n'appréciant pas beaucoup le genre de la nouvelle, je compte bien lire celles -ci malgré tout et si tu décides de continuer à lire cette romancière, je suis partante pour t'accompagner pour des lectures communes si tu veux, comme je te l'ai déjà écrit en réponse à ton commentaire chez moi!

    RépondreSupprimer
  4. Je n'aime pas trop les nouvelles. Mais j'avoue que le style de l'auteure ne m'a pas laissée indifférente

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup ton billet ! Nous avons lu les mêmes nouvelles, mais j'avoue avoir été nettement moins charmée que toi par cette découverte ! Je te rejoins cependant sur de nombreux points, l'écriture est poétique, l'ambiance est très particulière..., peut-être trop pour moi !

    RépondreSupprimer
  6. Je viens de le noter, il m'a l'air incontournable pour qui aime les nouvelles de Yoko !

    RépondreSupprimer
  7. Je suis un peu freinée par le côté fantastique que tu évoques pour ces nouvelles. J'ai peur que ce soit trop étrange.

    RépondreSupprimer
  8. Je n'ai pas encore lu de nouvelles mais celles-là m'attirent beaucoup...pfff je cris que je voudrais tout lire chez Ogawa!!!

    RépondreSupprimer
  9. Un auteur que je dois absolument découvrir !

    RépondreSupprimer
  10. Décidément cette auteure à l'air pleine de mystère. j'ai trouvé Parfum de glace dans une brocante pour un euro alors je la découvrirai avec celui là je pense !

    RépondreSupprimer
  11. J'aime beaucoup Yoko Ogawa et je me rends compte que j'ai encore énormément d'oeuvres à lire !

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr