Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

I Hunt Killers

1
Barry Lyga

Editions du Masque
Collection MsK
Traduit de l'américain par Marie Cambolieu
A paraître le 20 mars 2013
337 pages
16,50 euros

Roman ados à partir de 14 ans
Thèmes : Crime, Policier, Serial Killer

Résumé de l'éditeur : Et si le plus dangereux serial killer au monde était. votre propre père ?À Lobo's Nod, petite ville tranquille des États-Unis, nul ne veut croire que le corps de jeune fille retrouvé dans un champ est l'ouvre d'un serial killer. Jazz, lui, en est convaincu. Et il sait de quoi il parle puisqu'il n'est autre que le fils d'un criminel célèbre dans tout le pays pour avoir assassiné des dizaines de femmes. Son père est en prison mais Jazz, lui, est libre et n'a qu'une crainte : que l'opinion le désigne comme le coupable idéal. Il décide alors de faire équipe avec le shérif et de mettre à profit les enseignements de son père dans l'espoir de démasquer le véritable coupable. Mais est-ce si facile quand on a reçu le goût du sang en héritage ? Teinté d'un humour noir et grinçant, I Hunt Killers est un thriller palpitant et totalement addictif !
A propos de l'auteur :  Barry Lyga est né en 1971 et vit à New York. Auteur de neuf romans pour la jeunesse déjà traduits dans plusieurs langues, il est aussi passionné de BD et de romans graphiques. 


I hunt killers, littéralement "Je chasse les tueurs" est le titre accrocheur d'une toute nouvelle série policière qui met en scène un adolescent Jasper Dent dit Jazz, qui enquête sur des nouveaux meurtres à Lobo's Nod, petite ville des Etats-Unis. Les romans policiers, ce n'est pas ma tasse de thé. Pourtant force est d'admettre qu'avec I Hunt Killers, je ne me suis pas ennuyée et j'ai dévoré cette lecture. Pour un roman policier, j'ai trouvé l'intrigue et la narration originales. Le "je" de Jazz permet une plongée inquiétante dans le monde des serial killers, une immersion totale dans l'intimité et la perversité de l'esprit d'un serial killer. Ca fait froid dans le dos et en même temps c'est étrangement captivant. Cet adolescent est le fils d'un dangereux et redoutable tueur en série appelé Billy Dent qui a fait 124 victimes. Depuis tout petit, Billy n'a rien épargné à son fiston, comme pour lui transmettre le flambeau. Billy a tout raconté de ses crimes, viols, pièges et tortures, si bien que Jazz est le seul à pouvoir réfléchir comme un psychopathe, à les comprendre, à appréhender leurs actes. Cela ne le place pas dans la meilleure position qui soit lorsque de nouveaux meurtres surviennent à Lobo's Nod. Pire, la police patauge alors que tout est limpide pour Jazz, devenant vite un suspect pour certains, un allié pour le shérif. Le tueur imite à l'identique une série de meurtres déjà perpétrés par Billy Dent. Il s'en inspire, il les reproduit et choisit ses victimes avec les mêmes initiales. Mais STOP je vous en dis trop, emportée que je suis par cette intrigue assez addictive.

En parcourant I Hunt Killers, je n'ai pu m'empêcher de penser à la série télé Dexter : même point de vue inversé, principes psychologiques appliqués à l'existence et surtout à la survie, enseignements portant sur "tuer et ne pas se faire prendre". Jazz doit s'intégrer dans la normalité d'un quotidien morne : lycée, petite amie, copains...alors qu'il est irrémédiablement attiré par les enquêtes policières, le goût du sang, se jette corps et âme dans la recherche d'indices et se met à la place d'un tueur. Difficile aussi de ne pas se marginaliser lorsqu'on a eu une enfance parsemée de préceptes glauques, fondés sur le mépris de la vie humaine. Tiraillé par son héritage familial, il pense qu'il finira comme son père. Entre admiration et traque, Jazz doit faire des choix, même si tout ceci est bien plus complexe qu'une dichotomie entre le bien et le mal. La narration est par conséquent très intéressante, entre les pensées intimes de Jazz étroitement liées aux paroles de son père qu'il se remémorent. C'est glauque et bien flippant : le repérage de la victime, le choix du protocole, les armes, le crime et le moment si fascinant pour les serial killers : cet instant où la vie n'est plus, le souffle ultime avant la mort. Humour noir et cynisme seront au rendez-vous! Attention, âmes sensibles s'abstenir!


Merci à toute l'équipe de la collection MsK et Le Masque pour la découverte.

Commentaires

  1. Ouh la la... Tu donnes envie de le lire. Par contre le doigt coupé...

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr