Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

Ne t'en va pas

3
Paul Griffin

La Martinière Jeunesse
Collection Fiction J
Traduit de l'américain par Nathalie Azoulai
A paraître le 21 mars 2013
315 pages
14 euros

Roman ados à partir de 14/15 ans
Thèmes : Amour, Violence, Adolescence

Quatrième de couverture : Rien ne préparait Céce, lycéenne réservée mais pleine d'avenir, à tomber amoureuse de Mack. Le jeune homme est tout son contraire : il a abandonné l'école, attire les problèmes comme un aimant et se passionne pour le dressage des chiens maltraités. Quand ils sont ensemble, pourtant, la vie semble tellement plus facile. Céce prend confiance en elle et Mack parvient à gérer son agressivité. La grisaille qui les entoure disparaît sous les projets d'avenir. Mais Céce réussira-t-elle à apaiser pour de bon la colère tapie dans le coeur de Mack? Jusqu'où, par amour, sera-t-elle capable d'aller?
A propos de l'auteur : Paul Griffin vit à New York, où il anime des ateliers d’écriture pour jeunes détenus et ados en difficulté. Il est également secouriste volontaire et dresseur de chiens. Aux États-Unis, il a déjà publié deux romans, Ten Mile River et The Orange House, acclamés par la critique. 


Roman aux émotions fortes qui n'épargnent en rien les obstacles et les injustices de la vie, Ne t'en va pas ressemble au Paradise de Simone Elkeles et n'est pas sans évoquer un autre magnifique couple écorché que forme Maggie et Caleb. Céce et Mack se rencontrent dans un restaurant pendant le travail. Elle est réservée, brillante et prépare activement un concours pour rentrer dans une bonne fac. Lui sort de prison, voyou à la réputation sulfureuse, marginal et solitaire. Il se renferme sur lui-même. Les opposés s'attirent et leur amour n'en sera que plus intense et exacerbé...

Les sales coups du sort les rattrape et là leur amour est piétiné. Le destin s'acharne. Mack commet l'irréparable mais nullement lâche, souhaite affronter sa peine de prison, sans aucun détours. Une réaction plutôt courageuse et mature que Céce a du mal à digérer. Mack la renie, renie son amour pour la protéger et devient blessant. Il la force à l'oublier pour qu'elle puisse aller de l'avant et préparer son avenir. Pourtant même en prison leur amour ne peut-il pas prendre une nouvelle forme?
Ne t'en va pas défend de belles idées mais qui hélas n'ont pas toujours crédit dans la réalité : le droit à l'erreur, la tolérance, la différence et le pardon. Alors que dans la réalité, on sait bien que Mack serait taxé de récidiviste et de délinquant irrécupérable. L'univers quotidien du roman est difficile : drogue, alcool, pauvreté, combats de chiens, violence, exclusion... c'est le climat de la misère sociale. Pourtant l'auteur y distille une part magnifique de sentiments, ceux de deux êtres qui s'apprivoisent et s'aiment. Par alternance, chacun va livrer ses pensées, ses sentiments avec sincérité. Le bonheur de Mack est simple et passe par une modeste promenade avec son amoureuse et son chien Boo. Romance élue Meilleur Roman Young Adult 2011 aux Etats-Unis, j'aime quand le ton se veut réaliste, a contrario des romans young adult paranormals qui restent assez déconnectés du réel.
Ici le propos est plein de noirceur, entre tristesse et drame. L'être humain est impuissant et ne lui reste que des sentiments, des émotions sincères et tellement contradictoires que ça en est douloureux : culpabilité, renoncement, colère, frustration...

Malgré la souffrance morale, Paul Griffin réussit à apporter une petite touche d'optimiste et de sourire. En prison, Mack est choisi pour dresser un chien qui servira de guide pour les vétérans blessés de l'armée rentrant dans leurs foyers. Il a un véritable don qui l'apaise et le rend profondément attachant. Lui seul sait créer ce lien d'amitié entre un chien et l'homme. Leur relation fait sourire et est attendrissante.

De l'authenticité, ce roman n'en manque pas. Il bouleverse tant il peut avoir des échos auprès de nos propres ressentis et vécus. Comme par exemple lorsqu'on est heureux et qu'on se dit que pour ce bonheur, un jour on le paiera. Comme si le bonheur plein était forcément entâché par un drame futur ou probable. La vie c'est un peu comme ça d'ailleurs car le bonheur ça va, ça vient. Avec Ne t'en va pas, nous sommes en plein dedans car l'amour si passionné, si sincère et si heureux de Céce et Mack n'a pas duré. Tout reste à reconstruire mais tout n'est pas perdu...une belle leçon de vie et une note d'espoir. Touchant.

Un grand merci à toute l'équipe de La Martinière Jeunesse.

Commentaires

  1. Superbe chronique! Après en avoir lu plusieurs, c'est celle qui me décide pour passer à l'achat!
    J'y cours!

    Je découvre au passage ce blog et j'en suis ravie!

    RépondreSupprimer
  2. j'ai juste survolé ton article car j'ai très très envie de le lire... et tu me donnes encore plus envie !

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi, rien que le résumé m'a fait penser à Simone Elkeles.

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr