Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

Le monde de Charlie

1
Stephen Chbosky

Le Livre de Poche Jeunesse
Traduit de l'anglais par Blandine Longre
Paru en Septembre 2015
288 pages
5,90 euros

Roman ados dès 14 ans
Thèmes : Deuil, Adolescence, Amour

Quatrième de couverture : Au lycée, on trouve Charlie bizarre. Trop sensible, pas "raccord". Aux yeux de son professeur de Lettres, qui lui fait découvrir les classiques américains, c'est sans doute un prodige ; les jeunes de son âge, eux, le voient comme un "freak". Lui se contente de rester en marge des choses. Jusqu'au jour où deux seniors, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. La musique, le sexe, les fêtes : il va bien falloir que Charlie "s'implique". Une fois entré dans la danse, c'est tout un monde que Charlie découvre...

Cela faisait un petit moment que je voulais lire Le monde de Charlie car j'avais adoré le film (vu pendant mon congé maternité). C'est surtout la manière dont l'auteur, progressivement, amenait le véritable sujet du livre, un drame psychologique qui m'avait bouleversée. Charlie est un adolescent marginalisé par ses camarades de lycée qui le trouve bizarre, en décalage. A la veille de sa rentrée en seconde, il décide d'écrire des lettres en s'adressant à quelqu'un qu'il ne connaît pas, pour évacuer ses angoisses et ses appréhensions. Dans ses lettres, il va se confier et surtout évoquer le suicide de son meilleur ami qui l'a énormément perturbé. Puis il va nous raconter sa rencontre inattendue avec deux étudiants en terminale : Sam et Patrick (Emma Watson et Ezra Miller dans l’adaptation cinématographique). Ce sera l'occasion pour lui d'expérimenter sexe, drogue, alcool, les fêtes, les soirées étudiantes...
Sur fond de roman épistolaire et d'apprentissage, Le monde de Charlie est la relève de L'attrape-coeurs nous dit-on. Il est vrai que les thèmes sont similaires mais j'ai largement préféré Le monde de Charlie pour ses personnages attachants et touchants, pleins de fougue et d'énergie, qui croquent la vie à pleine dents et expérimentent à fond ce que sont les sentiments d'attirance, d'amour, d'amitié, de solidarité, de culpabilité, d'espoir, de peines. Sam est une fille incroyable avec un coeur en or et la tête plein les rêves. C'est ce qui pouvait arriver de mieux à Charlie qui va certes se dévergonder un peu mais surtout apprendre à organiser ses pensées, à comprendre qui il est, à chercher ce qu'il fuit, à se faire une place dans le monde.
J'ai adoré la forme épistolaire qui est d'une sincérité et d'une sensibilité attendrissante. Au début, Charlie écrit et développe ses pensées de manière désorganisée, paumée, souvent maladroite. Mais on comprend vite qu'il a un don pour l'écriture et son prof de lettres le prend sous son aile en lui demandant de faire des rédactions, de lire de grandes oeuvres (L’envers du paradis et Gatsby le magnifique de F.S. Fitzgerald, Sur la route de J. Kerouac ou encore Le festin nu de W.S. Burroughs.)
Il y a donc dans Le monde de Charlie une réflexion poussée et affinée sur la notion d'adolescence et ce passage bizarre dans le monde adulte, comme un état second où l'on est spectateur plus qu'acteur de sa vie. Ce qui m'a véritablement étonnée, bluffée et émue, c'est la fin d'une intensité et d'une émotion rare qui fait la lumière sur notre Charlie, sur ses failles psychologiques, sur ses blocages et sa détresse néanmoins palpable à travers ses mots. Une très belle lecture, une de celle qui serait même, à mon humble avis, comme un classique incontournable de la littérature young adult. 

Commentaires

  1. Ah ! Je suis l'une des rares lectrices à ne pas avoir accroché... J'ai trouvé à l'inverse de toi, que le texte avait été tellement peaufiné et même lissé, que les émotions ne naissaient pas réellement.

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr