Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

Nous, les Déviants

2
C.J. Skuse

La belle colère - Editions Anne Carrière
Traduit de l'anglais par Marie de Prémonville
Mai 2017
381 pages
19 euros

Roman étranger/ Littérature contemporaine

Résumé de l'éditeur :  Quand Ella Newhall avait seize ans, elle appartenait à une bande qui s'était donné le nom des " Cinq sans peur ". Max, Corey, Fallon, Zane et elle passaient leurs vacances à faire du vélo, explorer l'île de la baie et frissonner en écoutant les histoires terrifiantes que leur racontait Jessica, la soeur aînée de Max. Ils ne le savaient pas, mais c'était la plus belle époque de leur vie. Et puis Jessica est morte, renversée par un bus qui roulait trop vite. Quatre ans plus tard, Max est devenu un fils à papa fainéant et camé. Corey déprime dans son coin, prisonnier de ses pensées morbides. Fallon est enceinte de huit mois, à la suite d'une aventure d'un soir. Et Zane est devenu le voyou du coin. Ella, à présent plus connue sous le surnom " le Volcan ", poursuit sous les encouragements de la presse locale le rêve d'une médaille olympique sur les pistes de course. Il est bien loin, le temps où ils étaient " sans peur ". La seule chose qu'ils partagent encore est une envie dévorante de revanche. Inspirée par les histoires d'horreur que leur racontait Jessica, la bande se reforme, et ses membres décident de se venger de tous ceux qu'ils estiment coupables d'avoir gâché leur adolescence. Ils vont découvrir que le vieux proverbe dit vrai : " Quand tu décides de te venger, creuse deux tombes, une pour ton ennemi et une pour toi.

Nous, les Déviants est un roman étonnant et très surprenant pour ma part. Pourquoi ? Parce qu'au début, ce n'était pas gagné, tout simplement parce que je n'aimais pas la tonalité un peu glauque et désabusée de C.J. Skuse, à la manière de L'attrape-coeurs de J.D Salinger (roman que j'ai détesté!). L'auteure nous décrit des jeunes adultes qui traînent chacun leurs casseroles : Zane est une brute épaisse, un voyou, un "salopard" qui maltraite les gens et couche à droite à gauche pour s'affirmer, Corey est un déprimé de la vie, marginalisé, vu comme un autiste, Fallon est enceinte de huit mois à la suite d'une aventure d'un soir, Max est un fils à papa fainéant et complètement camé. Dans cette troupe atypique, on a Ella Newhall qui doit être la seule à avoir la tête sur les épaules, poursuivant une carrière pour la médaille olympique... Avant, quatre ans en arrière, il y a avait Jessica, la soeur aînée de Max qui adorait leur raconter des histoires qui font peur. Ils passaient leurs vacances ensemble sur l'île de la baie, à faire du vélo, à explorer. Ils se nommaient les "Cinq Intrépides", n'avaient peur de rien sinon des histoires effrayantes de Jessica. Puis Jessica est morte, renversée par un bus et tout a changé, chacun est parti dans une voie...

Alors effectivement ça commençait mal parce que tout était pesant, très lourd à supporter, tout était oppressant, et même Ella, qui semble plus terre à terre a des soucis, des blocages sexuels avec son petit ami. Insidieusement et de manière très subtile, l'auteure laisse entendre qu'il y a quelque chose de plus profond, de plus grave aussi et que le blocage d'Ella cache un malaise, un mal-être plus sournois. Ainsi ce qui m'a motivé à poursuivre ma lecture c'est ce suspense grandissant, cette ambiance particulière, entretenus de manière assez dramatique et toujours en tension, avec ce petit côté fantastique (mais qui ne l'est pas) des histoires frissonnantes de Jessica et sa mort. Pour Rosie, la mère de Fallon, ce n'était pas un accident... Mais qu'en est-il réellement ? Alors que Max, Ella et Corey sont à la recherche du chat disparu de Corey, ils se retrouvent à Whitehouse Farm, là où leur amitié a commencé et ils croisent Fallon, enceinte. Le temps d'une soirée et tout redevient presque comme avant, le club se reforme, bravant les injustices, le harcèlement, la méchanceté gratuite... Le suspense s'accentue autour d'Ella et le roman change de tonalité pour devenir un thriller psychologique fort et addictif autour du thème de la vengeance. Original, prenant, inédit!

Et là il m'a pris par surprise tellement je ne m'attendais pas à ça! J'ai pris une claque autant au niveau de la narration, de l'écriture déchirante de Skuse que du contenu. Au fur et à mesure que l'on comprend tout, les secrets enfouis qui font mal et la vengeance de Corey qui devient celle de Ella, le lien avec Jessica, le roman est surprenant. C'est poignant, à la fois bluffant et douloureux, complètement addictif et j'en suis ressortie sonnée, déboussolée. Entre thriller et roman initiatique, Nous les Déviants parle de la perte de l'innocence d'une manière la plus cruelle qui soit, par le deuil, certes, mais par autre chose qui marque à vie, qui vous change et qui fait tout basculer. 

Je ne vous en dis pas plus car je ne veux pas vous spoiler et surtout il faut garder cet effet de surprise complètement hallucinant et prenant, mais aussi dramatique. Le roman monte crescendo et l'intrigue est épatante, à tel point que je n'ai pas pu lâcher le livre avant la dernière page. Les personnages que je n'aimais pas au début évoluent au gré des découvertes glauques qu'ils font, c'est parfois violent et les propos sont durs mais ils possèdent entre eux un lien d'amitié profond et tendre. La fin m'a sctochée et finalement, malgré un avis au départ partagé, je ressors conquise par la maîtrise et la force de ce que j'ai lu. Voilà je ne m'attendais pas à une histoire d'une telle ampleur psychologique, d'une telle intensité et imprévisibilité... Je ne peux donc que vous le recommander vivement.

Commentaires

  1. Je suis tout à fait d'accord avec toi sur le fait que ce roman est percutant. On reçoit un véritable uppercut à la fin ! Quelle claque !

    RépondreSupprimer
  2. BOn bon bon... comment résister à un truc pareil hein! Comment!

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr