Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

Le Tour de l'Inde en 80 trains

0
Monisha Rajesh

Aux Forges de Vulcain
Traduit de l'anglais par Patricia Barbe-Girault
Juin 2017
330 pages
22 euros

Récit de voyage/ Roman contemporain

Quatrième de couverture :  Inspirée par Jules Verne, Monisha Rajesh, une jeune journaliste londonienne pour qui l'Inde est devenue un pays lointain et mystérieux, décide de se lancer dans un grand périple à travers la terre de ses ancêtres. Elle va voyager, dormir et vivre sur ces trains merveilleux qui sillonnent l'Inde : trains de luxe ou trains miséreux, à travers les villes et les villages, jusqu'au sommet des montagnes, et au bord de l'océan. Elle va partir à la rencontre de l'Inde, vivre mille aventures, et peu à peu, se découvrir elle-même. A la fois récit de voyage, roman d'aventures vraies, journalisme narratif, récit d'un cheminement personnel, ce texte est une invitation à sortir de soi, à partir vers l'inconnu, pour devenir soi.


"Pour beaucoup, les trains indiens se résument à un moyen de transport commode et abordable leur permettant d'aller au travail, de rendre visite à des proches ou de jouer aux touristes le temps d'une journée.. Pour d'autres, c'est un vivier d'emplois, et des générations entières en ont fait leur gagne-pain. Mais pour certains, c'est réellement "l'artère de la nation", le réseau qui fait battre le cœur du pays."

Monisha Rajesh est journaliste, basée à Londres pour le Telegraph, le Guardian et le TIME magazine. Le Tour de l'Inde en 80 trains est son premier livre et il m'a beaucoup intéressé pour la démarche d'une journaliste d'origine indienne immigrée en Occident, qui décide de faire le tour de l'Inde en montant à bord de 80 trains. Une expédition ferroviaire hors norme et qui va durer quatre mois, accompagnée par un Passepartout, un homme dont on sait peu de choses (en référence au compagnon de voyage dans "Le tour du monde en 80 jours" de Jules Verne). L'Inde est le pays qui compte le plus de chemins de fers, et voyager à bord de trains luxueux ou miséreux pour découvrir le pays m'a paru une démarche originale et pleine de curiosité. Inspirée par Jules Vernes et ses romans d'aventures, Monisha porte un regard atypique sur son Inde natale. Sa famille a tenté d'y retourner en 1991 mais ce fut un échec, ayant honte de ce qu'est devenu le pays. Ils sont repartis illico à Londres et Monisha ne garde qu'un souvenir heureux d'un voyage en train. L'Inde est devenu un pays sans attaches, à la fois trop lointain pour le comprendre et trop insolite et mystérieux pour y vivre. De son regard journalistique, Le Tour de l'Inde en 80 trains est à la fois récit de voyage, roman empreint d'exotisme et d'humour, écrit à la manière d'un journalisme narratif mais j'y ai surtout vu une expérience humaine extraordinaire non dénuée de confrontations entre plusieurs visions, et parcours personnel vers une quête de soi, une quête identitaire. 

J'ai surtout adoré parcourir l'Inde à travers ses trains et découvrir les usages et les prestations, des voyageurs, à la fois des touristes perdus et les locaux qui ont l'habitude de certains modes de fonctionnement. Ensuite elle fait des choix plutôt judicieux, optant pour des voyages en deuxième et troisième classe histoire de voir du pays et de se confronter aux réalités du quotidien! Cela lui vaut certaines déconvenues et des rencontres drôles qui vont marquer son voyage. J'ai aimé le fait qu'elle décrive la réalité de l'Inde et non comme se l'imagine le touriste lambda c'est-à-dire belle et mythique. Certes les paysages qui défilent à travers les vitres sont magnifiques mais la réalité des habitants est parfois violente, intolérante et grâce à la langue bien pendue de Monisha, certaines discussions vont tourner aux disputes d'ordre philosophiques et religieuses. Au début j'ai eu peur que l'écriture journalistique m'empêche de m'imprégner et de plonger réellement dans le roman mais force est de constater que l'écriture de Monisha est accessible, simple et sans prétention. On passe un agréable moment mais je regrette que l'éditeur n'ait pas poussé la qualité de l'édition jusqu'à mettre des cartes avec noms des villes et des régions pour nous repérer dans le parcours que fait Monisha. Par contre un glossaire avec tous les termes de vocabulaire a été bienvenu. Un détail qui rassurez-vous ne boudera pas votre plaisir de découvrir l'Inde avec un regard neuf et intelligent...

Commentaires

Enregistrer un commentaire

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr