Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

Mon ami Arnie

1
Jeremy Behm

Syros Jeunesse
Juin 2016
208 pages
14,95 euros

Roman ados dès 13 ans
Thèmes : Thriller, Jeunesse, Suspense

Quatrième de couverture : Ithaca, Etat de New York : une petite ville paisible sur laquelle plane l'ombre d'un serial killer. Mais malgré la paranoïa ambiante, certains jeunes ont encore la naïveté de croire au grand amour : Fox est raide dingue de Mia. Il a économisé tout l'été pour lui offrir LA bague de ses rêves, à 384,50 dollars. Et c'est bien sûr le jour où il prend l'argent sur lui qu'il se fait dépouiller. Le très impopulaire Arnie Spencer entre alors en scène et lui suggère de cambrioler la villa de son père durant le week-end.

Après s'être fait racketté l'argent qu'il avait économisé pour offrir la bague de ses rêves à sa petite amie, Fox se voit proposer un plan dangereux mais alléchant : cambrioler la maison du père d'Arnie, un riche avocat corrompu. La proposition vient d'Arnie lui-même ; il déteste son père qui n'a jamais été présent pour lui, ne lui a jamais témoigné la moindre affection. Pendant ce temps, un tueur en série rôde dans la ville. Un serial killer qui s'en prend aux femmes nommé Le Pretender...

Mon ami Arnie est un roman particulier avec un scénario complètement improbable mais qui a totalement fonctionné sur moi. Tout d'abord on évolue dans un univers de jeunes pas franchement glorieux : vols, rackets, violences, l'ambiance est parfois sombre et glauque, ce qui apporte un contexte spécial, un peu à la manière d'un Tarantino parce qu'il y a aussi beaucoup d'ironie, de cynisme, un humour caustique qui fait qu'on lit très vite le roman. Ensuite la manière dont est montée l'intrigue est originale. On suit plusieurs personnages, des jeunes en alternance, dans des chapitres courts et rapidement, l'action se met en place : à savoir l'organisation d'un cambriolage chez le père d'Arnie, une idée qui vient de lui-même pour se venger d'un père absent. Ainsi on oscille entre deux ambiances distinctes : celle qui est amusante et divertissante, qui fait sourire face à un Fox qui n'a pas franchement de bol et des lycéens qui ont leurs déboires sentimentaux et celle d'une seconde partie où la menace du Pretender pèse, et qui devient plus angoissante (même si le côté thriller reste drôle et atypique). En effet dans la seconde partie du roman on va suivre le Pretender et comprendre ses intentions, ses alibis et ses problèmes psychologiques.

Par contre là où le roman est incroyable et plaisant c'est dans la tournure des évènements. Enfin je me doutais un peu que cela allait mal virer mais l'auteur nous réserve des rebondissements et des surprises de taille. C'est presque "tiré par les cheveux" voire complètement à côté de la plaque mais j'ai aimé ce côté déjanté et piquant qui m'a beaucoup fait rire devant la cocasserie de certaines situations et le dérapage d'un plan à la base totalement délirant. Au final j'ai passé un excellent moment de lecture, qui m'a beaucoup diverti. Les personnages sont à leur manière attachants même si les chapitres sont courts. Le tout est hyper bien rythmé, avec une écriture fluide et prenante, une tonalité originale et des dialogues truffés de sarcasmes. On ne s'ennuie pas! Un roman que je vous conseille volontiers et qui détonne dans le champ des romans ados. Je suis donc assez pressée de lire Mon ennemi Arnie surtout lorsqu'on sait comment se finit ce premier tome! 

Commentaires

  1. J'ai aussi adoré. Hâte d'avoir ton avis sur le tome 2... :)

    RépondreSupprimer

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr