Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un webzine spécialisé en littérature de jeunesse (mais vous y trouverez aussi de nombreux avis sur la littérature pour adultes) né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Il s'agit d'un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagée, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mes fils.
Mes genres : fantasy/ fantastique, romance, young adult, thriller, historique et contemporain.

Merci à vous et bonne visite...

La Fin des mystères

1
Scarlett Thomas

Editions Anne Carrière
Traduit de l'anglais par Marie de Prémonville
Novembre 2017
489 pages
18 euros

Roman contemporain

Quatrième de couverture : Ariel Manto n'en croit pas ses yeux quand elle tombe sur un volume de La Fin des mystères dans une librairie de livres d'occasion. Elle connaît bien son auteur, un étrange scientifique victorien, et sait que les exemplaires de cet ouvrage sont réputés introuvables... et maudits. Le livre en sa possession, Ariel se retrouve propulsée dans une aventure mêlant foi, physique quantique, amour, mort... et tout ce qu'il advient quand on les mélange de façon imprudente.

La fin des mystères de Scarlett Thomas est un roman énigmatique et hors norme, dans la catégorie inclassable. Du mystère il y en a plus d'un et la lecture n'en est que plus intense même si le roman souffre de quelques défauts. L'histoire est très intéressante. Ariel Manto prépare une thèse sur les expériences de pensée et plus précisément sur un auteur scientifique de l'époque victorienne qui aurait écrit La fin des mystères, un roman réputé rare et maudit. Le directeur de recherche d'Ariel a disparu mais Ariel tombe comme par hasard sur La fin des mystères. Dès lors une question essentielle se pose : liriez-vous un livre tout en sachant qu'il est maudit et que tous ceux qui l'ont lu ou vu de près sont morts ? Le livre en sa possession, Ariel ne tergiverse pas et se lance dans une quête qui la propulsera aux confins de la conscience et du réel...

Comme pour tous les romans qui m'ont posé problème à un moment donné, j'ai énormément de choses à vous dire sur La fin des mystères. Je n'ai pas tout aimé, je n'ai pas tout compris (bien qu'ayant un bac + 5 en anthropologie) mais j'ai aussi beaucoup aimé certains passages. Tout d'abord les deux premières parties sont prenantes et nous plongent dans un univers à la H.P Lovecraft avec tout ce qu'il faut de mystères, d'énigmes, d'ambiance un peu irréelle, fantastique, voire inquiétante. Ariel est un personnage que j'ai apprécié même si son rapport à la sexualité est franchement glauque et revient un peu trop souvent à mon goût. C'est une étudiante de 30 ans que j'ai trouvé carrément paumée dans le sens désabusée de tout, une sorte d'anti-héros au féminin. Son sujet de thèse est très intéressant et passionnant car elle travaille sur un livre maudit. Dès lors le lecteur se pose tout un tas de questions et va vouloir avancer dans cette recherche, entre curiosité et soif de connaissance. Il sera question de fantômes, de télépathie et même d'homéopathie avec la potion du Carbo vegetabilis. Un programme vaste et copieux surtout que l'auteure n'hésite pas à livrer toutes les informations d'ordre philosophiques, religieuses mêlant ainsi descriptions érudites du sujet d'étude (foi, physique quantique, anthropologie) et propres réflexions de l'héroïne. Une héroïne qui n'a pas froid aux yeux (même si elle a toujours froid!!) et qui tente des expériences dangereuses et déroutantes!

La première partie va donc poser les bases du sujet d'étude, et Ariel va lire La fin des mystères... Dans la deuxième partie que j'ai préféré, on rentre dans le vif de l'action. L'aventure va être au rendez-vous, le suspense également avec un fort accent mis sur le danger que représente la potion du Carbo vegetabilis permettant d'accéder à une sorte de transe, voire même à la Troposphère, un monde semi-conscient entre le rêve, la réalité, l'éveil de l'âme. Ne me demandez pas de vous expliquer ce qu'est la Troposphère car c'est un champ complexe et vaste. Autrement dit on se retrouve dans un récit fantastique, totalement onirique et où l'on ne sait pas si toute cette histoire est de l'ordre du réel ou du fantasme. C'est ce brouillage de piste qui est bon et qui fait son effet. Et franchement ça a fonctionné. L'intrigue se tient drôlement bien et on est embarqué dans cette aventure atypique.

Là où j'ai été déçue c'est la troisième partie et la conclusion parce que cette dernière partie casse clairement le rythme des deux premières avec trop de lenteurs et de digressions qui nous perdent. J'ai même sauté quelques passages parce que ça cassait toute l'ambiance et ça devenait beaucoup trop abstrait pour moi. La fin ne m'a également pas entièrement convaincue car elle pose encore plus de questions qu'elle n'en résout et on finit la dernière page avec des points d'interrogation. J'y ai même vu une référence biblique sur Adam et Eve mais je ne sais pas. Je suis dans le flou.

En bref, je vous conseille de lire La fin des mystères parce que le roman est intéressant et parfois avec des passages hyper addictifs et haletants... mais passez votre chemin si vous n'aimez pas les mystères de l'Univers qui restent impénétrables!! Il faut reconnaître à l'histoire qu'elle est intelligente et originale. Une bonne lecture qui aurait pu être géniale si l'auteure ne s'était pas perdue en chemin et surtout si elle avait mis plus de modernité dans sa manière d'écrire pour un roman moins érudit et plus efficace. 


Cette lecture a été réalisé avec ma copinette 
LaureBelledenuit du blog Boulimie Livresque 
dont je vous invite à lire sa chronique par ici!

Commentaires

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr