Image

Image

Bienvenue

Sous le feuillage est un blog spécialisé en littérature de jeunesse né en avril 2008. Pour vous parler de mes coups de coeur, partager ma passion pour cette littérature si vivante et productive. Un blog à l'image de ma passion pour la littérature de jeunesse : simple, engagé, enthousiaste.
Pour découvrir, rêver, vibrer, s'évader et s'amuser...
Depuis 2014, en tant que maman, je vous parle de mes découvertes en matière de jeux, jouets, activités et loisirs créatifs que je partage avec mon fils.

Merci à vous et bonne visite...

Un truc truc comme un biscuit craquant

0
E. Lockhart

Casterman Jeunesse
Traduit de l'anglais par Antoine Pinchot
Mai 2017
500 pages
17,90 euros

Roman ados dès 12 ans
Thèmes : Adolescence, Amour, Amitié

Quatrième de couverture : J'ai 15 ans, 11 rendez-vous avec ma psy et 4 grenouilles en céramique. Tel est le désespérant constat que Ruby fait de sa vie. Sans compter qu'en 10 jours, elle a rompu avec son petit copain, s'est gravement disputée avec sa meilleure amie, a bu sa première bière (beurk), a été prise sur le fait par sa mère (aïe !) et a subi une attaque de panique colossale. Mais Ruby a des réserves d'intelligence (et de mauvaise foi). Elle est surtout persuadée que l'existence est une aventure à haut risque totalement réjouissante, un vêtement tout doux mais qui gratte un peu. Oui, mille fois oui, la vie selon Ruby, c'est finalement un truc truc comme un biscuit craquant ! Ce volume comprend les deux livres précédemment publiés sous les titres Journal d'une Allumeuse et Le grand livre des garçons. 

J'avais été bluffé par Nous les menteurs, surtout par la maturité et la complexité psychologique qui ressortaient de l'intrigue. Alors lorsque les éditions Casterman ont publié Un truc truc comme un biscuit craquant, j'ai été curieuse de découvrir un autre texte de cette auteure. Mais j'en ressors plutôt confuse car je n'ai pas du tout aimé et il n'a pas fonctionné avec moi. En fait, je ne souhaite pas être méchante mais ce roman souffre de tous les clichés et les stéréotypes autour des relations garçons et filles. Car en fait l'intrigue ce sont les amours et les amitiés, les déboires et les crises d'angoisse (pas très crédibles) de Ruby Oliver. On est loin du thriller brillant de Nous les menteurs et cela m'a énormément déstabilisée. Ruby souffre de crises d'angoisse depuis que son petit ami Jackson l'a plaqué. Elle s'est gravement disputée avec sa meilleure amie...rien ne va et ses parents décident de l'inscrire à une thérapie. C'est alors que sa psy lui fait faire un exercice : lister tous les garçons avec lesquels il s'est passé quelque chose voire rien mais qui ont marqué l'esprit de Ruby. A commencer par Adam, depuis la maternelle, son premier coup de coeur...

Au début ça démarrait bien même si le coup des "to do list" est à la mode en ce moment dans les romans YA contemporains. Une liste de 15 garçons avec qui Ruby a des comptes à régler, ça pouvait être amusant. Mais très vite, il s'avère que l'intrigue tourne principalement autour d'une héroïne qui s'invente de faux problèmes, qui manque un peu de maturité, qui ne m'a pas du tout emballée à cause de ses dérapages. J'ai eu l'impression qu'elle ne savait pas ce qu'elle voulait, qu'elle sort avec le premier venu ou celui qui va vouloir d'elle, qui au lieu d'engager des discussions franches et sérieuses, se retranche derrière des crises d'angoisse. Se faire plaquer par son petit copain à 15 ans, il n'y a pas mort d'homme. Ce qui me gênait le plus c'est que sa meilleure amie lui ai piqué et qu'elle l'accuse en retour d'être égoïste. Bref des querelles stériles qui selon moi ne font pas avancer l'intrigue qui est d'un commun. Mais ce qui m'a fait le plus rire et hausser les yeux au ciel c'est le fameux Grand livre des garçons, une sorte de journal exposant toutes les règles qu'il faut suivre pour établir de bonnes relations avec les garçons. Et comme clichés on ne peut pas faire mieux : "Pourquoi les filles sont supérieures aux garçons : Parce que nous sommes plus jolies ; C'est incontestable. Nous sentons meilleur. C'est évident." Là on arrivait vers la fin du roman et je vous l'avoue je n'en pouvais plus!
Sans compter des conseils sur comment s'habiller pour un rendez-vous, une tentative de classification des différents types de specimens mâles, quelque notions de langue étrangère : le parler garçon (qui me rappelle les rubriques "garçons" et flirt des magazines du genre Jeune & Jolie) et comment avoir une discussion au téléphone avec un mâle Néenderthal.

Alors je pense que j'attendais trop de ce titre et c'est pourquoi je suis carrément plus critique avec ce que j'ai lu mais il y a un tel fossé entre Un truc truc comme un biscuit craquant et Nous les menteurs que je suis perplexe. Je pense que l'auteure a voulu écrire un roman très jeunesse, léger et humoristique sur le sujet fille/garçon mais dans la littérature de jeunesse on peut traiter ce sujet sans tomber dans la niaiserie. La suite des aventures de Ruby paraîtra en juin 2018 : Tout bête devant la cafète, j'ai envie de dire que dans le titre, il y a déjà un terme qui va définir l'intrigue parce que si c'est comme dans Un truc truc comme un biscuit craquant, ça n'ira pas bien loin...

Commentaires

Enregistrer un commentaire

semer sa p'tite graine!

Sous le feuillage | Design par Catherine Surr