Jules Renard

"CHACUNE DE NOS LECTURES LAISSE UNE GRAINE QUI GERME" - Jules Renard

Vive les vacances! Tous à la plage...


dimanche 27 septembre 2009

La planète des alphas


Mme Claude Huguenin et Olivier Dubois


Co-Edition Récréalire/ Eveil & Découvertes
63 pages
Livre pédagogique comprenant: Le CD du conte, Le poster des Alphas à découper, Les illustrations pour mieux comprendre, le texte du conte, le cahier Premiers exercices et le guide d'utilisation pour un accompagnement progressif.


La Planète des Alphas est une méthode d'apprentissage de la lecture, à la fois ludique et pédagogique qui vise à déclencher ce qu'on appelle un "Déclic Lecture" chez l'enfant qui ne sait pas encore lire et chez l'enfant en difficulté scolaire. Cette méthode efficace a déjà fait ses preuves puisque parents, enseignants, orthophonistes et psychopédagogues l'utilisent au quotidien pour montrer aux enfants que "Lire est un jeu d'enfants".

La planète des alphas est une méthode alphabétique qui permet à l'enfant de reconnaître les lettres de l'alphabet en les associant aux objets qu'ils décrivent. Le conte transpose les lettres de l'alphabet en les replaçant dans un conte et dans un imaginaire constructif afin que l'enfant comprenne les lettres dans un univers qui lui est adapté et facile d'accès. Il apprend tout en s'amusant, en découvrant un monde peuplé d'êtres fantastiques vivant des aventures extraordinaires. Les héros de cette histoire, les Alphas sont des lettres "bonhommes" qui ont la forme et le son qu'ils représentent. Le monsieur O est tout rond et il adore faire des bulles rondes en poussant des Oooh!


La planète des Alphas est une méthode reconnue par l'Unesco, efficace et adoptée en France, en Belgique et en Suisse, elle a rencontré un franc succès car ell est proche de l'enfant. Elle respecte son rythme d'apprentissage. Elle ne vise pas à le bloquer mais à l'amuser, à lui apprendre notre code écrit avec des couleurs, des formes, des sons. Le livre est vraiment bien construit et propose un guide d'utilisation "pas à pas" qui permettra à tous d'utiliser au mieux les capacités du conte et tout ce qu'il offrira à l'enfant. La planète des Alphas transforme les concepts adultes en réalités imaginaires, sous une forme adaptée à leur niveau de compréhension. En associant lettres et formes/ sons, les Alphas vont aider à la compréhension du principe alphabétique.


Le CONTE: Une histoire amusante et captivante, des personnages sympathiques auxquels les enfants s'attacheront vite, des aventures en formes de lettres et de sons: Le Z, est zébré, il zozote et vole en zigzag mais il y en a pleins d'autres encores!!!

L'histoire: Olibrius est tout seul dans sa chambre, il s'ennuie. Sa télé est en panne, il a vu des livres mais regarder les images ne suffit pas!!! Il voudrait savoir lire. Quand apparaît un drôle de personnage au coin de sa fenêtre. Chouette c'est Cosmopolux. Il va emmener Olibrius sur la planète des Alphas. Une belle planète avec des habitants rigolos. Rien à voir avec la planète des Bêtas: une planète horrible remplie de déchets, régie par une affreuse sorcière Furiosa. Hop!! Olibrius s'exclame car sur la planète des Alphas, il voit Madame a. Cosmopolux explique à notre apprenti des lettres que les Alphas sont divisés en deux familles différentes: les voyelles et les consonnes!! Au fur et à mesure, Olibirus va rencontrer toutes les lettres de l'alphabet à travers un monde magique et inventif...


A la fin du conte, des activités sont proposées à l'enfant pour qu'il continue son apprentissage des lettres: des jeux lui permettront de découper ses personnages favoris et de les replacer dans un contexte qui correspond à la lettre et au conte. Par une méthode d'assimilation et de reconnaissance des formes et des sons, l'enfant va apprendre en s'amusant et va créer le lien "son-lettre", socle du fonctionnement de la lecture. Car écriture et image sont indéniablement liées. Quand l'enfant lit, son imagination le transforme en images. Le conte est fait de couleurs, de formes et de mots. Cette méthode est donc riche au niveau du domaine cognitif.


Un petit mot des auteurs: Claude Huguenin: spécialiste dans la remédiation des troubles du langage écrit, elle est responsable du Centre de Psychopédagogie à Genève. Depuis plus de vingt ans, elle prend en charge des enfants rencontrant des difficultés, parfois énormes, dans l'apprentissage de la lecture et de l'écriture. C'est en analysant les différentes causes à l'origine des troubles affectant ses jeunes patients qu'elle a été en mesure de développer une méthode qui facilite considérablement l'accès au monde de l'écrit et favorise la réussite scolaire, tout en prévenant les situations d'échec dans cet apprentissage fondamental.

Olivier Dubois: philosophe, il s'intéresse depuis de nombreuses années aux recherches effectuées dans le domaine de la psychologie cognitive de la lecture. Ses connaissances des processus mis en oeuvre dans l'apprentissage de la lecture, ainsi que ses talents d'écrivain, lui ont permis de contribuer au vif succès rencontré par une méthode qui s'appuie sur un conte moderne, particulièrement bien adapté à l'imaginaire des enfants d'aujourd'hui.



Pour en savoir plus, voici le lien du site.
La méthode La Planète des Alphas est diffusée grâce à l'Association Le droit de lire ici

Je remercie particulièrement Marjorie de l'Association Le droit de lire pour m'avoir fait connaître cette méthode, car s'intéresser à la littérature de jeunesse c'est aussi s'intéresser à la manière dont l'enfant apprend à lire et comment plus tard il aura accès à cette richesse littéraire. Merci pour l'envoi du livre qui m'a permis de rédiger cet article.

L'Eternité devant soi


Mathieu Rougeron

Editions Alphée. Jean-Paul Bertrand
Paru en Août 2009
521 pages
RENTREE LITTERAIRE 2009


Quatrième de couverture: Le voyage d'un homme dans ses vies antérieures

«- N'es-tu jamais allé dans un endroit en te disant : Mince, j'ai l'impression d'être déjà venu ici ? - Plein de fois. Mais c'est un hasard...»

Quand Olivier se trouve confronté à sa vie, pour faire le point, il ne se rend pas sur le divan d'un psy ou sur le banc d'une église. En une semaine, tout va changer : il se trouve peu à peu entraîné dans des états modifiés de conscience lors de bien étranges voyages. Qui est-il ? Comment se sont forgés les difficultés récurrentes de son existence et les talents dont il peut bénéficier ? Des gènes de ses parents ? D'une source divine créatrice ? Des aléas du Destin ?... Au détour de son chemin, Olivier apprendra que le fil de sa vie remonte plus loin qu'il ne l'imagine.
Roman initiatique, ou initiation romanesque, au coeur du Paris moderne et des méandres de sa mémoire, Olivier comprendra que l'Éternité n'est pas un vain mot. Sa quête d'homme, ses questions, ses réponses ne connaissent aucune limite. Entraîné dans l'histoire du narrateur, chacun fera le lien avec sa propre existence et se sentira emporté aux sources mêmes de la vie.

A propos de l'auteur: Mathieu Rougeron est un jeune auteur né en 1981 dans l'Allier. Il conjugue profession scientifique et passion littéraire, goût du développement personnel et de la spiritualité. De diverses rencontres et expériences naît L'Eternité devant soi, son premier ouvrage. Influencé par les lectures de Elisabeth Haich, Fanchon Pradalier-Roy, Denise Desjardins, Paulo Coelho... ou même Victor Hugo, Mathieu Rougeron souhaite faire partager, avec légèreté et humour, une initiation à certaines lois mystiques, détachée des doctrines religieuses du passé et ouverte sur un message optimiste.


Olivier a 25 ans, il vit à Paris. Sa vie est comme celle de tant d'autres jeunes hommes de son âge: il a un travail auquel il trouve à redire, il avait une petite amie, il passe ses week-ends entre amis, expositions et sorties. Rien d'exceptionnel mais depuis quelque temps des malaises réguliers le laissent dans un état de doute profond et d'interrogations diverses. De rêves en mystères, il rencontrera Roland, une sorte de guide spirituel, un chamane des temps modernes qui lui montrera la voie à suivre. Cette voie laisse Olivier perplexe: vies antérieures, voyage dans le temps à la recherche de son âme, loi du karma, réincarnations; dont la finalité est de permettre à notre jeune apprenti d'apprendre à mieux se connaître et d'accomplir sa quête du bonheur.


L'Eternité devant soi est le premier roman de Mathieu Rougeron, auteur jusque là inconnu dans le domaine littéraire français. Il signe là un roman fort intéressant entre quête initiatique et développement personnel. Le sujet en lui-même a de quoi intriguer et rendre curieux le lecteur qui, non avisé, ira de découvertes en surprises. Au fil des pages, le roman prend une tournure fantastique, les uns diront surnaturelle et d'autres diront spirituelle. D'emblée, la réalité s'est intimement mêlée au voyage des vies antérieures. L'auteur s'inspire de Paulo Coelho dans l'Alchimiste, le message est le même : message d'espoir et d'amour pour l'avenir, message de vérité et d'universalité. Ce roman d'apprentissage met en scène un personnage qui vit dans le flou, qui cherche des réponses. On assiste alors à un voyage à travers les époques afin de rencontrer son âme, qui après la mort, se réincarne dans un autre corps. Olivier fera des rencontres bouleversantes avec ses alter ego en passant par les Cathares,les Indiens, le Canada, l'Egypte et Londres, tout ceci en des temps différents. Ce flash-back karmique n'a rien à voir avec la religion et cela empêche le roman de tomber dans le danger de la morale religieuse. Pas de dogme et de théologie dans L'Eternité devant soi, juste une recherche intérieure, une philosophie de vie qui incite à voir nos impressions de déjà vu et de déjà vécu comme des impressions incroyables, fascinantes et dotées d'un grand mystère.

Attention ce livre n'est donc pas fait pour les purs scientifiques, car la rationalité ici n'existe pas. Nous évoluons au rythme des affects, des ressentis et des intuitions. Ce qui fait la force du roman c'est ce niveau de compréhension, chacun pourra avoir accès à cette histoire avec ses impressions, ses connaissances, sa spiritualité personnelle. Inévitablement, Mathieu Rougeron propose un roman interprétatif et introspectif qui fait appel aux sens.

Il est à noter que son écriture, bien que limpide, dynamique, est trop "française". Trop d'Emilie Loizeau, trop de Francis Cabrel, trop de références à la culture française, si bien que parfois le lecteur a l'impression de lire une liste exhaustive de tout ce que l'auteur aime. Je pense, peut-être à tord que l'écriture n'est pas assez distante avec son objet, l'auteur s'identifie beaucoup trop à son personnage principal. La confusion reste entière sur cette aventure! Est-elle totalement inventée ou y a-t-il une part d'autobiographie? La frontière est floue entre les deux genres. Cela donne lieu à des dialogues assez faux ou qui sonnent bizarrement. Peut-être est-ce là la singularité de ce roman qui se veut moderne mais la modernité ne consiste pas à ajouter des éléments de la vie quotidienne dans une histoire qui se veut justement hors du quotidien. Je n'ai donc pas vraiment accrochée à ce style d'écriture.

Il reste de L'Eternité devant soi, un sentiment assez incertain, nullement éphémère car malgré le style de l'auteur, le sujet est vraiment enthousiasmant. Cette recherche du bonheur est universelle, le faire par le biais des vies antérieures est captivant car tout ceci est une affaire de coeur et non d'intellect. Si L'Eternité devant soi ne répond à aucune logique et dépasse l'entendement c'est pour mieux franchir l'inconnu et atteindre l'intelligence de l'âme plutôt que celle de l'esprit...



Ce blog a décidé de s'associer à un projet ambitieux : chroniquer l'ensemble des sites de la rentrée littéraire ! Vous retrouverez donc aussi cette chronique sur le site Chroniques de la rentrée littéraire qui regroupe l'ensemble des chroniques réalisées dans le cadre de l'opération. Pour en savoir plus c'est ici.

jeudi 24 septembre 2009

Oscar et la dame rose

Eric-Emmanuel Schmitt

Albin Michel
99 pages
Quatrième de couverture: Voici les lettres adressées à Dieu par un enfant de dix ans.
Elles ont été retrouvées par Mamie Rose, la " dame rose " qui vient lui rendre visite à l'hôpital pour enfants. Elles décrivent douze jours de la vie d'Oscar, douze jours cocasses et poétiques, douze jours pleins de personnages drôles et émouvants. Ces douze jours seront peut-être les douze derniers. Mais, grâce à Mamie Rose qui noue avec Oscar un très fort lien d'amour, ces douze jours deviendront légende.


Oscar a dix ans. Il vit à l'hôpital. Il a un cancer, mais son docteur refuse de répondre à ses questions. Il se contente de le regarder avec un air triste, et Oscar il déteste ça! Il déteste aussi ses parents qui rejettent cette idée inévitable. Oscar est un petit garçon intelligent. Lui il a compris alors il demande à la seule personne qui est sincère avec lui de lui dire enfin cette vérité que tout le monde tait. Oui, la dame rose, cette mamie qui rend visite aux enfants malades, lui avoue qu'il va mourir. Pour affronter cette malheureuse épreuve, Oscar et la dame rose font un marché. Oscar va écrire à Dieu, il va lui confier tout ce qu'il pense. Mamie Rose quant à elle, décide que les 12 jours qui restent à vivre à Oscar, représenteront 100 ans d'un vie entière...

Oscar et la dame rose est mon premier roman d'Eric-Emmanuel Schmitt. Bien écrit, je ne considère pas son style comme original, par contre j'ai beaucoup aimé l'histoire. Ce "pacte" où douze jours symbolisent une vie entière à accomplir est fort. Dans le livre c'est source de joie, de peine, de déboires, d'amours, de drôlerie et d'émotions. Une deuxième chance pour Oscar dont la vie s'achèvera trop tôt. Sous forme de lettres adressées à Dieu, on comprend ce petit garçon de dix ans à la fois courageux et qui n'a pas la langue dans sa poche. Oscar et la dame rose met en évidence cette idée récurrente de la vie à l'hôpital, de la confrontation entre les proches, le médecin et le malade. Faut-il toujours dire la vérité? Comment aborder la mort avec les enfants? Cette peur de l'inconnu est ici forcément sous-jacente mais le traitement apporté au récit, notamment aux correspondances d'Oscar, est plus léger. Il y a des romans plus lourds comme Je veux vivre. Et même si dans Quand vous lirez ce livre, le sujet est traité sur le même mode: léger avec cette pointe d'humour, on ne retrouve pas le même ressenti. Oscar et la dame rose développe une autre idée annexe: celle de Dieu et de la religion comme espoir. Dieu est cette entité solidaire, qui aide et apporte la foi, pour voir la mort avec sérénité. J'ai beaucoup aimé la dernière lettre, cette fois-ci rédigée par la dame rose... Poésie et humour font la consistance de ces personnages originaux. Eric-Emmanuel Schmitt signe là un bon roman que je garderais sans doute en mémoire... et qui me donne envie de suivre un bout de chemin en sa compagnie.


5/5 champignons

mardi 22 septembre 2009

Une fantaisie du docteur Ox

Jules Verne

Editions Gallimard Jeunesse
Collection Folio Junior
Paru en Juillet 2009
Roman ado à partir de 9 ans











Quiquendone, un petit village des Flandres. La vie est calme, paisible. Les gens sont naturellement flamands!!! Leurs gestes sont étrangement lents, les dirigeants ne savent pas prendre de décisions, alors les problèmes demeurent tels jusqu'à ce qu'un miracle vienne les résoudre. S'activer, bouger sont des activités inexistantes. Rien ne se passe donc à Quiquendone. La sérénité est synonyme d'oisiveté. L'ennui n'est mortel que pour celui qui est dynamique. Tout va changer le jour où un étrange savant, scientifique prénommé le docteur Ox propose d'éclairer la ville. Mais ceci n'est qu'un prétexte pour simuler une expérience grandeur nature, qui consiste à lâcher dans l'air un gaz oxy-hydrique. Ce gaz aura des effets pervers et bien farfelus sur les habitants de Quiquendone...

Est-ce moi qui suis née de la dernière pluie ou suis-je la seule à ne pas connaître ce roman de Jules Verne??? Une belle surprise car lassée des classiques comme Vingt-mille lieues sous les mers, je suis tombée par hasard sur ce roman jeunesse écrit par Jules Verne. Et quelle surprise car j'ai passé un agréable moment en sa compagnie. L'histoire est drôle à souhait, écrite par ce grand écrivain français, elle n'en est que plus délectable! La science n'est pas qu'une question de savant fou, d'expériences difficiles et d'équations chimiques. Non!! Ici la science prend la forme d'une heureuse ironie, ou plutôt d'un mauvais tour: docteur Ox est désespéré de voir les habitants de Quiquendone ne rien faire. C'est exaspérant. Il va donc tenter une expérience étonnante. Résultat: les gens deviennent hyperactifs, surexcités, complètement fous. Ils crient, se tapent dessus, s'insultent. Bref c'est la cacophonie totale. Cette vision du scientifique "farceur" m'a beaucoup amusée. Fantaisie et humour sont les maîtres mots de ce petit roman acidulé!! A lire pour redécouvrir Jules Verne...

lundi 21 septembre 2009

Eon et le douzième dragon

Alison Goodman

Editions Gallimard Jeunesse
Traduit de l'Anglais par Philippe Giraudon
Paru en Septembre 2009
528 pages

Résumé: Au coeur d'une Chine impériale mythique, Eon s'entraîne avec d'autres jeunes garçons pour être choisi comme apprenti par l'un des douze dragons qui protègent le pays. Mais il porte un dangereux secret. Dans ce monde plein de fausses identités, d'alliances incertaines mais aussi d'amitiés loyales, Eon est en grand péril.


Dans la plus pure tradition de la fantasy, Alison Goodman signe avec Eon et le douzième dragon, un roman passionnant entre fantasy chinoise et intrigues impériales.

L'Empire du Dragon céleste va célébrer la nouvelle année qui donnera lieu à l'avènement de l'un des douze dragons qui défendent l'Empereur et le pays. Chacun des douze dragons a des pouvoirs caractéristiques et se voit lier à un apprenti. Les jeunes candidats pour la place très réputée d'Oeil du dragon, doivent s'entraîner dur et réussir l'épreuve fatidique, car un seul sera élu. Eon fait partie de ces candidats mais son infirmité lui vaut brimades et railleries. Rares sont les personnes qui croient en lui. Seulement Eon n'est pas un apprenti comme les autres, il porte en lui un grand pouvoir. Est-il en lien avec son secret? Comment réussira-t-il l'épreuve alors que la pression le domine? Car si son secret venait à être découvert, c'est sa vie et celle des personnes qui le soutiennent qui seraient en jeu...


Je ne vous en dis pas plus car il est hors de question pour moi d'ôter le plaisir de la découverte du fameux secret et là!! croyez-moi il vaut le coup!! Eon et le douzième dragon est un excellent roman jeunesse. Toutes les ficelles sont réunies: roman d'apprentissage qui met en scène un héros en proie aux doutes, qui se cherche et qui devra prendre de graves décisions. Un roman sur la Chine impériale, célébrée par des recherches assidues: le choix des douze dragons, l'énergie hua, le pouvoir suprême, les éléments mythiques et rituels, la hiérarchie de l'Empereur, les règles et devoirs de bienséance et de comportement. La Chine devient alors le théâtre incroyable d'une intrigue captivante et violente. Le lecteur est plongé dans cet univers ancien et qui pourtant a été inventé à partir des recherches de l'auteur. L'écriture est rythmée, parsemée entre interrogations, actions et descriptions. Les décors sont somptueux, les détails sont dépeints avec un tel raffinement qu'il est difficile de ne pas succomber aux charmes des murs, des ornements, des vêtements... Tout y est d'une élégance royale. Pourtant le roman reste très, très long à lire. Je crains que cela empêche le jeune lecteur car n'oublions pas que c'est un roman jeunesse; de poursuivre sa lecture jusqu'à la fin. Il semblerait qu'Eon et le douzième dragon soit destiné pour des lecteurs avertis voire confirmés. Entre lutte effrénée pour le trône et le pouvoir impérial, combat d'art martial, épreuves initiatiques, Eon et le douzième dragon emporte dès les premières pages son lecteur. Dommage que les descriptions longues et appuyées viennent essoufler le récit de cette épopée qui reste captivante. Un récit fort en rebondissements et en suspens. Le mystère qui entoure Eon ne demande qu'à être percé et on suit cet apprenti héros avec force et consistance. Alors même si Eon ne sera pas un coup de coeur, la fin me donne tout de même envie de poursuivre l'aventure avec le tome 2, prévu pour 2010. Malgré la longueur, ce roman possède toutes les vertus de la catégorie roman ado! Il en captivera plus d'un et séduira les amateurs de cette Chine mythique...


Le site de l'auteur pour en savoir plus!!

Je remercie Véronique et les
Editions Gallimard Jeunesse pour l'envoi de ce roman. Vous pouvez lire les avis de Clarabel, Tiphanya
4/5 champignons

jeudi 17 septembre 2009

L'écureuil et la première neige

Sebastian Meschenmoser

Minedition
Album Jeunesse à partir de 5 ans
Livre d'images
Paru en Septembre 2009

Thèmes: Neige, Hiver, Forêt


Notre écureuil est revenu!! Après L'écureuil et le printemps, voici L'écureuil et la première neige!!! Cette fois-ci, notre héros tout roux ne veut pas dormir pour l'hiver! Non! Il a décidé de rester éveillé pour voir la première neige. Il essaye tant bien que mal de rester debout mais le garde à vous faiblit très vite. Il rencontre le hérisson qui lui aussi ne dort pas. Pour rester éveillé, saviez-vous qu'il faut chanter comme les marins ? Mais les deux compères ont dérangé l'ours! Tous décident d'attendre la neige, ou bien de chercher un premier flocon. Comment c'est un flocon de neige? Et bien c'est doux, blanc et humide. Chacun cherche!!! et là on voit que la neige est quelque chose de bien floue pour nos amis écureuil, hérisson et ours!! Une brosse à dents, une conserve ou une chaussette toute sale? Ils attendent, attendent. Mais où est la neige?

Ce qu'il y a d'intéressant dans les albums de Sebastian Meschenmoser c'est le rendu exceptionnel, incroyablement vrai et réel des animaux. Dessinés au crayon, les coups sont visibles, cela donne un rendu fin, minutieux, détaillé, certes un peu "brouillon" mais il faut faire l'expérience de mettre les images loin, et là le rendu est superbe, le graphisme est accentué. On se croirait vraiment en pleine forêt. Il y a une certaine délicatesse qui ressort de cet album. Le thème de l'hiver est joliment inspiré et provoque une tendresse palpable à travers l'expression des animaux. C'est doux, chaleureux. Les contrastes, notamment des dernières pages de l'album sont étonnants, entremêlés d'excitation et d'étonnement car cet album nous parle avant tout de la découverte de la neige. Un album à admirer, à croquer, à rire, à lire en se blottissant au fond de la couette, idéal pour aborder cette saison si magique.

Des histoires farfelues????




Le loup qui voulait changer de couleurs
Orianne Lallemand
Eleonore Thuillier

Editions Auzou
Collection Mes p'tits albums
Album Jeunesse à partir de 3 ans
Paru en Septembre 2009
Thèmes: Acceptation de soi, Différence, Couleurs

Ce matin, le loup se réveille de forte méchante humeur. Il n'aime pas sa couleur d'origine, le noir. Alors il décide d'essayer toutes les couleurs. Le vert lui fait penser à une grenouille, le rose il trouve qu'il ressemble à une princesse. Il tente pleins d'autres couleurs, inutile! Le bleu, l'orange et le marron ne lui vont pas du tout...Que faire??


La chauve-souris et l'étoile
Alice Brière
Delphine Brantus

Editions Auzou
Collection Mes p'tits albums
Album Jeunesse à partir de 3 ans
Paru en Septembre 2009
Thèmes: Déclaration d'amour, exprimer son émotion

N'est-elle pas mignonne?! Cette petite chauve-souris qui au clair de lune, telle une poète, invente mille et une façons de dire son amour à cette étoile qui brille. Poèmes, chansons, dessins, l'étoile ne bouge pas et la chauve-souris a beau se mettre sur son trente et un, ça ne marche pas...


"Une collection d'histoires tendres et drôles à raconter, à écouter, à offrir, pour partager des moments, exprimer ses émotions, imaginer, aimer lire et rêver".

Des petites histoires à lire le soir qui allient texte tendre et illustrations magiques. Remplis de belles couleurs comme le bleu nuit dominant dans La chauve-souris et l'étoile, ces albums sont géniaux pour développer l'imagination des enfants et leur faire comprendre les thèmes importants tout en douceur.

lundi 14 septembre 2009

Tome 1 Les étranges soeurs Wilcox

Les vampires de Londres

Fabrice Colin


Editions Gallimard Jeunesse
Tome 1 Les Etranges soeurs Wilcox
Illustrations d'Erwann Surcouf
Paru en Août 2009
283 pages

Résumé de la couverture: Londres 1888.Qui sont ces deux orphelines qui s'aventurent la nuit dans les rues mal famées ? Ignorent-elles qu'on peut y rencontrer Jack l'Eventreur ? Que des créatures plus terrifiantes encore, goules et vampires s'y livrent une lutte sans merci ? Mais Amber et Luna Wilcox ne sont pas des jeunes filles comme les autres. Sous leur frêle apparence se cache un terrible secret. C'est pour cela qu'elles ont été choisies. Par qui ? Impossible d'en dire plus. Sinon que la survie de l'empire britannique repose désormais sur les très étranges soeurs Wilcox...



Lorsque Fabrice Colin se mêle de roman jeunesse, il signe un premier volume d'une série plus que prometteuse. Aussi intelligent que captivant, on ne peut plus s'arrêter de tourner les pages et de connaître la suite des aventures des étranges soeurs Wilcox; deux jeunes filles qui se sont réveillées en plein cimetière alors qu'elles y étaient enterrées vivantes. Attachantes, Amber et Luna la cadette, font figures de vraies héroïnes romanesques: hautes en couleurs, vives d'esprit, orphelines et vampires. Autant vous le dire, chers amis! Ca démarre fort!!

Entre rebondissements et aventures nocturnes, les soeurs vont être recueillies par un certain Watson et son compagnon le détective Sherlock Holmes; sauf que ce dernier n'est plus vraiment détective mais espion pour une société secrète nommée les Invisibles. A la solde de la couronne victorienne, dirigée par Elisabeth Bàthory ( et là chapeau bas à Fabrice Colin car figurez-vous qu'en cherchant un peu Elisabeth Bàthory était une comtesse hongroise, connue sous le nom de comtesse Dracula ou comtesse sanglante, nom donné en raison de ses multiples meurtres de jeunes filles dont le fait divers raconterait qu'elle se baignait de leur sang pour retrouver sa jeunesse!) , ces vampires luttent contre le clan des Drakull dont le maître est le comte Dracula en personne. Mais quel est le lien avec les jeunes filles Wilcox? avec l'incendie de leur maison? et la disparition de leur père?

Les vampires de Londres
, viennent nous dérober des heures délectables de lecture: une écriture haletante, rythmée, une intrigue bien inspirée grâce à un prologue tout en alerte, un style vif et un thème très en vogue actuellement: les vampires! Fabrice Colin cible parfaitement son lectorat qui n'en finira pas de s'extasier devant les multiples références littéraires. Vous croiserez Sherlock Holmes et Abraham Stoker... Le roman livre ses mystères par petites touches: entre interrogations et doute, rébellion et destin à choisir. Mais le sujet ne se limite pas au vampirisme! En plein coeur de Londres, c'est une lutte pour le pouvoir de la couronne qui oppose deux clans vampiriques: secrètement Dracula prépare un coup d'état contre la reine Victoria! L'histoire revisitée par cet auteur talentueux est une vraie réussite! Des figures littéraires côtoient des personnages de légendes urbaines et populaires: Jack l'Eventreur sévit et terrifie les bas-fonds de Londres. Fabrice Colin sème des énigmes à chaque page et nous livre un premier épisode passionnant. Je n'ai qu'une chose à dire: Vivement la suite !!!!

Un grand merci à Fabrice Colin en personne pour sa dédicace de mon exemplaire, un merci aussi à Véronique et aux éditions Gallimard Jeunesse pour la découverte de ce roman! Encore encore et encore des romans jeunesse de cet apanage!!
Le site de l'auteur ici
5/5 champignons

dimanche 13 septembre 2009

Séance 1 Club de lectures

Le dimanche 6 septembre fut le coup d'envoi du Club de lectures. Une petite séance de présentation de nos coups de coeur ou de nos livres fétiches était le point du jour. Apprendre à se connaître, discuter, repérer nos goûts littéraires étaient les objectifs de notre première rencontre. Nous sommes 6 participants, et peut-être deux autres personnes pour les prochaines séances. Régis, Emilie alias Mimienco, Johanna, Sylvie, Catherine et moi!!!
Une très bonne entente, des discussions autour d'un thé, écoute et partage ont été les maîtres mots de cette rencontre. Nous nous entendons bien et nos goûts variés pour la littérature forment un groupe de lectures éclectique et riche en genres et en formes littéraires. Je suis contente car il est toujours difficile de bien coordonner un club de lectures, entre doute et stress, je voulais que tous soient épanouis et heureux d'être présents. Une petite réussite, un bon groupe, une belle entente, tout le monde souhaite poursuivre l'aventure et je n'ai qu'une chose à dire: avec grand plaisir!

Les livres présentés:

-Catherine, qui cherchait depuis bien longtemps un club de lectures sur Lyon, nous a présenté le très aimé Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows. Ce roman très fraîs, écrit avec une certaine poésie du quotidien, lui a donné l'envie de participer à ce club.

-Sylvie qui ne savait pas trop à quoi s'attendre, et qui se sentait inquiète, nous a parlé de Situations délicates de Serge Joncour. Un recueil de nouvelles courtes décrivant des situations où malaises et quiproquos sont de vigueur. Fous rires garantis! et bonne humeur aussi.

-Régis a une grande culture que je qualifierais de spirituelle, c'est donc avec un grand intérêt que nous avons écouté un extrait du Prophète de Khalil Gibran, un superbe conte philosophique sur la vie, l'amour, la mort, la famille. Nous avons fait le lien avec Paulo Coelho et L'alchimiste mais le Prophète est encore mieux écrit. L'édition présentée par Régis nous a ravie, le livre est passé de mains en mains pour admirer les illustrations.

-Emilie a fait l'unanimité avec la série Le poids des secrets, notamment le tome 1 Tsubaki de Aki Shimazaki. Une saga familiale où chaque membre de la famille prend la parole. Un grand moment de découverte, beaucoup de questions et un débat: le roman n'est pas traduit, faut-il le mettre en littérature japonaise ou en littéraire francophone? Un livre que tout le monde a noté et mon petit doigt me dit qu'il va rentrer dans de nombreuses PAL!!!

-Johanna nous a gâté!! Tout sourires et joie, elle nous a concocté un vrai article sur Les Cités obscures (François Schuiten et Benoît Peeters) notamment La tour. Cartes, noms de villes, nous sommes incollables sur ces cités mystérieuses. Elle nous a montré illustrations, graphismes et perspectives. Johanna a vraiment tout bien préparé!! au point que je me suis sentie coupable de n'avoir pas si bien préparé la séance!!!!

-Quant à moi, j'ai présenté Miss Charity, mon coup de coeur en littérature de jeunesse de la fin d'année 2008.

Un roman contemporain, un roman "asiatique", un recueil de nouvelles, un roman jeunesse, une bande dessinée, un conte philosophique...cette séance marque le coup d'envoi d'une année riche en découverte littéraire. Johanna sera notre chroniqueuse attitrée de bandes dessinées, car nous sommes tous ignorants en cette matière. Eclectisme, grande variété des goûts et des styles de présentation, petits jeux de repérages, voilà le résumé de cette première séance. Le thème pour la prochaine sera Impressions automnales... alors tous à vos lectures!!!!


Je vous laisse en compagnie de Johanna qui vous a préparé un très bel article sur sa Bd coup de coeur du moment Les Cités obscures!!!


"Une série à l'originalité jamais égalée. Les Cités Obscures sont le fruit d'une imagination très féconde alliée à une parfaite maîtrise du dessin (notamment la perspective) et de la narration auxquelles se rajoute l'ombre d'une réflexion philosophique. Le titre a pu conduire bon nombre de lecteur à l'erreur semblant leur proposer l'entrée dans un monde sombre peu attractif, or, la signification la plus éloquente de ce titre serait "Les villes énigmatiques"; l'obscurité dans son sens premier n'ayant qu'un très faible rôle à jouer dans cette série. La ville quant-à elle tient le rôle principal dans ces oeuvres, nous voyons dès le premier coup d'oeil à l'intérieur de ces BDs que le modèle urbanistique est prépondérant. "Les Cités Obscures" c'est le nom d'un continent formant un ensemble disparates de villes réparties sur une anti-Terre invisible depuis notre planète car elle se trouverait dans l'axe du Soleil; selon la légende des "Passages" (portes) existeraient permettant le voyage de la Terre aux Cités Obscures mais peu de voyageurs les connaissent. L'aspect attrayant de ce monde-là est le travail effectué par les auteurs pour créer de toutes pièces des villes offrant une architecture notable qui déteint sur l'organisation politique et les conceptions intellectuelles de ses habitants. Par ailleurs, ces villes et leur architecture sont toujours plus captivantes les une que les autres; l'importance qui leur est attribuée dans la BD est telle que leur rôle prime même sur celui du personnage principal. En effet, les Cités Obscures décrivent le parcours d'individus qui évoluent au sein d'un monde dont les enjeux leur échappent complètement; le lieux absorbe (de manière métaphorique) le personnage, le remettant à la place d'un simple figurant voué à ne jamais comprendre les lois qui régissent son environnement. L'énigme et le mystère font loi et l'explication logique n'est pas appréciée en tant que telle dans ces mondes! Plongez-vous dans la lecture de cette série, piochez quelques tomes au hasard, puisque l'histoire ne se suit pas d'un tome à l'autre, la cohérence de l'oeuvre étant entretenue par le charme et le caractère énigmatique qui se dégagent de ces villes, vous ne serez pas déçu ! Cette expérience de lecture mêlant frustration (car fins assez ouvertes pour laisser libre cours à vos hypothèses et votre imagination) et grand plaisir visuel ne vous laissera pas indifférent. L'histoire se déroule comme un film et rares sont les auteurs atteignant cette parfaite association de l'image au scénario et pouvant proposer ce niveau de narration. Je vous en ai déjà beaucoup dit, j'ai volontairement passé sous silence la trame des histoires qui nous sont relatées, à vous le plaisir d'apprécier ce monument du 9e art.
Petite information subsidiaire: un nouveau tome sortira le 28 octobre chez Casteman, il s'intitule "Souvenirs de l'éternel présent", vous pouvez pouvez voir le résumé et visionner une petite bande-annonce (comme au cinéma)
ICI , régalez-vous!"

Pour contacter Johanna et parler Bd voici son adresse:
eusebe.peregrinations@gmail.com

mercredi 9 septembre 2009

Le garçon au pyjama rayé

John Boyne

Gallimard Jeunesse
Traduit de l'Anglais par Catherine Gibert
Paru en Septembre 2009
185 pages

Quatrième de couverture: Vous ne trouverez pas ici le résumé de ce livre. On dira simplement qu'il s'agit de l'histoire du jeune Bruno que sa curiosité va mener à une rencontre de l'autre côté d'une étrange barrière. Une de ces barrières qui séparent les hommes et qui ne devraient pas exister. Une lecture d'une force inoubliable.

Lorsque Bruno voit Maria, la domestique de maison en train de faire ses valises, le petit garçon est dans l'incompréhension. Pour seule réponse, il obtient que son père a changé de travail...Bruno est en colère, il est triste et ne veut pas quitter Berlin, la ville où il a tous ses amis. Ce sentiment se fait de plus en plus fort quand, arrivé à Hoche-Vite, il découvre une maison sombre, froide et peu chaleureuse. Il ne peut compter sur l'aide de sa soeur Gretel, car les deux enfants se disputent à la moindre occasion. Mais Bruno va découvrir un bien étrange spectacle depuis la fenêtre de sa chambre: au loin, une barrière. De l'autre côté, des gens marchent lugubrement... Encore plus étrange, Bruno constate que tous ces gens portent les mêmes vêtements: un pyjama rayé.

Le garçon au pyjama rayé est un livre jeunesse dont la réputation n'est plus à faire. Réédité par les éditions Gallimard Jeunesse, ce roman m'avait toujours fait peur... Les Juifs, la Seconde Guerre Mondiale, la déportation sont des thèmes violents, forts et non dénués d'une vive émotion. Et pourtant j'ai adoré ce roman: la vision d'un enfant, d'un petit allemand qui part en exploration, poussé par la curiosité et l'ennui, et qui va découvrir une barrière. Une barrière entre deux mondes opposés, entre deux cultures différentes. Une barrière qui symbolise la différence, la discrimination; le symbole d'une idéologie méprisable, mais qui reste incomprise par l'innocence même. John Boyne expose de manière forte, tendre et parfois assez drôle ce thème très dur; cette vision de l'enfance sur une idéologie qui n'a pas de sens, qui ne devrait pas exister: les camps de concentration. Une réalité historique qui prend une tournure encore plus puissante quand celle-ci est découverte par les yeux neufs d'un enfant. Un regard nouveau, naïf et ô combien bouleversant sur cette barrière qui empêche deux enfants du même âge de vivre leur amitié. Cependant, malgré cet obstacle, Bruno et Schmuel crée ce lien indéfinissable. C'est beau, tellement vrai et si simple à la fois. Autre point fort de ce roman très bien raconté est l'opposition des perceptions: Bruno qui ne saisit pas très bien ce qui arrive à Schmuel et voit son père comme un homme bon; alors que Schmuel voit les soldats comme des êtres horribles et qui le font souffrir. Ecrit avec une grande subtilité, l'idée de confronter cette vision du monde nazi par le regard de deux enfants: l'un allemand, l'autre juif est intéressante. La fin quant à elle m'a laissé chaos: un roman qui en dit beaucoup, une écriture poignante, deux enfants qui resteront dans nos mémoires...


Un grand merci à Véronique et aux
éditions Gallimard Jeunesse pour l'envoi du roman. Merci pour m'avoir appris à aimer ces romans sur des sujets difficiles mais qui ont besoin d'être lus!

5/5 champignons

mardi 8 septembre 2009

L'Amant de la Chine du Nord

Marguerite Duras

Editions Gallimard
Collection Folio
249 pages

Quatrième de couverture: " J'ai appris qu'il était mort depuis des années.C'était en mai 90 (...). Je n'avais jamais pensé à sa mort. On m'a dit aussi qu'il était enterré à Sadec, que la maison bleue était toujours là, habitée par sa famille et des enfants. Qu'il avait été aimé à Sadec pour sa bonté, sa simplicité et qu'aussi il était devenu très religieux à la fin de sa vie. J'ai abandonné le travail que j'étais en train de faire. J'ai écrit l'histoire de l'amant de la Chine du Nord et de l'enfant : elle n'était pas encore là dans L'Amant, le temps manquait autour d'eux.J'ai écrit ce livre dans le bonheur fou de l'écrire. Je suis restée un an dans ce roman, enfermée dans cette année-là de l'amour entre le Chinois et l'enfant. Je ne suis pas allée au-delà du départ du paquebot de ligne, c'est-à-dire le départ de l'enfant. " M.D

L'Amant de la Chine du Nord est l'histoire tourmentée d'une jeune adolescente de 15 ans qui va vivre ses premiers émois amoureux et charnels avec un Chinois. L'enfant n'est autre que Marguerite Duras car cette oeuvre est autobiographique, respirant par là-même une authenticité très intense. Cette histoire d'amour est faite de souffrances, d'émotions et celle-ci se comprend à la lumière d'un parcours personnel: une relation singulière de l'enfant avec sa mère, ses frères. Les thèmes de l'absence et de la séparation prennent une profondeur mystérieuse. L'Indochine devient ce pays inconnu, empreint de passion sensuelle et de bonheur éphémère. L'écriture de Marguerite Duras sera sans doute ce qui touchera le plus son lecteur: un phrasé court, où l'image est très saisissante. Le roman se lit alors comme un scénario. Il reste une impression d'inachevé, d'un profond et triste sentiment de nostalgie : les personnages se dévoilent en demi-teintes par leur silence et leur retenue où ce qui n'est pas dit se révèle plus essentiel que jamais. Sans nul doute, L'Amant de la Chine du Nord est un roman écrit avec le coeur: l'ambiance intimiste n'est pas pesante et les mots coulent aussi naturellement que les larmes. Un roman fort, mélancolique, à fleur de peau...


4/5 champignons

lundi 7 septembre 2009

Monsieur Gropacha



M. Gropacha et Minigrif
M. Gropacha


Sam Lloyd

Gründ
Collection Le coin des Histoires
Albums Jeunesse à partir de 3 ans
Paru en Août 2009

Thèmes: Chat, Amitié, Amour.

Regardez bien ce gros matou aux poils tout roux!!! Il est grognon et rechigne à tout. Sa jeune maîtresse, Emilie, fait tout pour que son chat M Gropacha soit traité comme un roi: elle invente des jeux, lui lit des histoires le soir sous la couette bien au chaud. Aussi M Gropacha en a assez et s'enfuit. Il rejoint une bande de vilains matous qui "miawwwoutent" toute la nuit et renversent les poubelles. Mais quand arrive l'hiver, qu'il pleut et qu'il fait froid dehors, M. Gropacha se retrouve seul car les autres matous hypocrites sont retournés dans les bras de leurs maîtres. M Gropacha est triste et regrette Emilie... Dans M. Gropacha et Minigrif, Emilie offre une petite surprise à son chat... un petit chaton femelle appelée Minigrif. Toute blanche et mignonne, on croirait qu'elle est gentille!! mais il faut se méfier de l'eau qui dort...
Deux albums que je n'aurais jamais eut l'idée de m'intéresser si je ne venais pas d'adopter un chaton. Les illustrations sont sympas et expressives, ce M. Gropacha nous fait bien rire avec sa bouille de gros grognon!!! Des anecdotes attendrissantes qui nous montrent le lien très fort entre un animal de compagnie et son maître. Bref deux petits albums à lire, juste pour le plaisir!

dimanche 6 septembre 2009

Nouveaux Indiens

Jocelyn Bonnerave

Editions Seuil
Collection Fiction & Cie
169 pages

RENTREE LITTERAIRE 2009

Quatrième de couverture: Nouveaux Indiens est une enquête qui change d'objet en cours de route.Sur fond de campagne présidentielle, un anthropologue français venu aux Etats-Unis étudier la vie de quelques musiciens est conduit à sortir de sa réserve scientifique lorsqu'il met au jour les turpitudes d'une drôle de bande : de jeunes artistes, des intellectuels bien en place, un chirurgien, et une clocharde qui porte au cou de jolies pierres d'ambre. On croisera aussi une violoncelliste un peu magicienne, un vieux bouddhiste irrépressiblement gourmand.Le Nouveau Monde a-t-il tant changé depuis les sauvages de la Renaissance ?
A propos de l'auteur: Jocelyn Bonnerave est né en 1977.Il a étudié la littérature et les sciences humaines, particulièrement l'anthropologie. Ses activités musicales et littéraires s'associent souvent dans la pratique de la performance.

Nouveaux Indiens est une nouveauté dans la production littéraire actuelle. A, anthropologue français débarque sur un campus des Etats-Unis pour étudier un professeur de musique, Frank Firth et sa méthode de travail innovante dans l'art musical. Une étude qui semble d'emblée être un vrai ovni, une énigme à déchiffrer qui plus est lorsque A ne comprend lui-même rien à rien, pris par des migraines terribles et des divaguations rocambolesques. Lecteurs, nous lisons ses pensées mais cela reste confus, trouble. Grande question que l'on se pose: mais quel est donc ce terrain si peu excitant ? Où sont nos Indiens d'Amérique ? "Nouveaux Indiens" ne nous dit rien de tout cela, non! les nouveaux indiens sont des gens "normaux": un chirurgien, un groupe de musiciens, une clocharde... Rien de bien follichon et pourtant... Sur fond de campagne présidentielle, d'une vie à l'américaine où l'ethnisme est synonyme de proximité, la mort d'une jeune fille cache un mystère qui accapare l'attention. Etudiante en danse, celle-ci est devenue anorexique à la suite d'une étude sur les indiens cannibales: les Guayaki!!!! Et là le sujet on le tient!!! Après un début périlleux, l'intrigue prend de l'éclat, pleine de suspens, un mélange de réalisme mené par une toile de fond originale.

Le style de l'auteur pourra choquer plus d'un lecteur. Il faut du temps pour s'adapter, mais comme tout bon anthropologue qui se respecte, l'adaptation à un nouvel environnement, ici, à une écriture en cadence, à la limite de l'hallucinatoire, est essentielle pour rentrer dans le jeu. Le jeu c'est l'ethnographie, l'enquête de terrain qui divague au fil des pensées de son anthropologue: il s'y perd, il pense, ça fusionne, puis hop!! un dialogue, une rencontre et le terrain prend forme, plus vivant et authentique que jamais. J'ai aimé cette pérégrination anthropologique, ce petit carnet de note qui suit toujours le chercheur, pour noter tout ce qu'il voit, entend, observe et déduit. Nouveaux Indiens, est indéniablement le roman qui conjugue avec brio le romanesque et cette passionnante discipline qu'est l'anthropologie...


Merci à Chez les filles et à Suzanne!!! Une découverte ambitieuse car dur dur d'aimer un roman si différent des autres.
Les avis de Cathulu, Papillon, Saxaoul
3,5/5 champignons

vendredi 4 septembre 2009

Uglies

Scott Westerfeld

Pocket Jeunesse
Traduit de l'Anglais par Guillaume Fournier
432 pages

Quatrième de couverture: Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s'apprête à subir l'opération chirurgicale de passage pour quitter le monde des Uglies et intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis promis par les Autorités, Tally n'aura plus qu'une préoccupation, s'amuser... Mais la veille de son anniversaire, Tally se fait une nouvelle amie qui l'entraîne dans le monde des rebelles. Là-bas, elle découvre que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu'un secret d'État : une manipulation.Que va-t-elle choisir? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection? Véritable phénomène aux États-Unis, ce premier tome de la série Uglies a reçu plus de vingt récompenses, dont celle du Meilleur livre pour jeunes adultes 2006 de l'American Library Association. Uglies a reçu le Grand Prix de l'imaginaire 2008 catégorie jeunesse.



Inutile de présenter l'intrigue de Uglies, le tome 1 de la série écrite par Scott Westerfeld. Aussi connue que Twilight, cette série est un phénomène dans l'univers de la littérature jeunesse. Curieuse, je me devais donc de lire ce roman. Mais, chers lecteurs et lectrices, vous allez être déçus. En lisant les avis de la blogosphère, Uglies jouit d'un grand prestige, considéré comme un excellent roman de jeunesse. Je dois d'ailleurs bien avouer que l'intrigue est passionnante, bien recherchée et forte en actions. Mais justement l'action prend le pas sur la réflexion. L'auteur nous propose une idéologie qui reste en suspens, je dirais qu'il fait appel à l'intelligence de ses lecteurs au lieu de livrer une réflexion aboutie. La philosophie est subtile, l'auteur nous livre par bribes, des informations qui permettent de mieux saisir une société fondée sur l'apparence et le danger qu'elle suscite. C'est bien trouvé, cependant, le début est long, l'intrigue tarde à se mettre en place, la description reste trop sobre pour bien imaginer le cadre. Ce n'est que vers le milieu du roman que je me suis régalée.

D'une manière générale, j'ai moins aimé Uglies, en tant que roman d'anticipation par rapport à La déclaration d'Anna de Gemma Malley. Les deux romans sont proches pour leur genre: la science-fiction ou roman d'anticipation qui nous propulse dans un monde où l'uniformisation des esprits tend à discriminer une partie de l'humanité. Dans La déclaration, ce sont les jeunes orphelins que l'on rejette. Une société qui anoblit la vieillesse et refuse la jeunesse. Dans Uglies, seuls les beaux ont une valeur estimable. Dans une société où seule l'apparence compte, les moches n'ont pas leur place. Uniformisation des esprits, discipline du corps, culte de la beauté, cette société superficielle vit pour le regard que l'on porte sur les autres. Un regard déformé car la réalité n'est qu'artificielle, bafouée par des codes où seul le physique s'affirme. Aucune difformité, aucun défaut physique n'est toléré et les adolescents Uglies ne vivent que dans l'excitation d'être opérés. Passés au bistouri, leur apparence est magnifique et ils peuvent s'afficher au grand jour, participer à des fêtes, s'amuser et vivre une vie de luxe. Mais certains se rebellent, fuient cette manipulation des mentalités et se cachent en périphérie de la ville. Une communauté, loin de toute utopie de la perfection, nommée La Fumée, affectionne la liberté, le libre-arbitre, le choix et la notion de responsabilité. Notre héroïne, Tally, y apprendra le secret de toutes ces opérations génétiques: rendre la beauté au profit de l'intelligence en aliénant le cerveau humain afin que les esprits ne puissent pas réfléchir à cette utopie qui n'est qu'une vaste illusion. En cela, le roman devient un roman d'apprentissage, celui du choix et de l'identité. Tally va devoir choisir entre son amie, son nouvel amour et son désir d'être belle. Un choix difficile s'il en est, essentiel à sa survie. Se faire opérer pour être belle au risque de perdre sa personnalité ou combattre l'impensable telle est la question récurrente de sa recherche d'identité.

Uglies pose ainsi les traits captivants d'une société qui abolit l'éthique et valorise l'esthétique. Une société qui a crée une philosophie où l'anatomie n'est plus une affaire privée et intime mais l'apanage du beau. Le culte de l'apparence est superbement mis en évidence mais dès lors comment s'affirmer en tant qu'être humain dans un monde où l'unique règle est l'identique ?

A lire d'urgence le billet d'Emmyne qui est, quant à lui parfait!!

jeudi 3 septembre 2009

Raf, Lulu et Scarlett dansent la valse des albums d'Août 2009

Anke de Vries
Charlotte Dematons


Editions Kaleidoscope
Album Jeunesse à partir de 3 ans
Paru en Août 2009

Thèmes: Doudou, Voyage, Amitié.

Mais que fait Raf la girafe en plein milieu de la jungle en Afrique? Ben a perdu son doudou!!!! Il est triste et s'inquiète pour lui. Où peut-il bien être? Mais Raf a décidé d'aller faire un petit voyage... de là où il est, il envoie de jolies cartes postales à son petit maître. Il voyage, il voit les paysages de l'Afrique. Un jour, Ben reçoit un colis... tiens!!! mais qui est-ce? Un album assez simple sur le thème bien connu des doudous et du lien qui se crée entre un objet affectif et un enfant. Un album simple, certes mais très joli, qui nous régale d'illustrations sympatiques.

Lulu et le dernier des dodos


Daniel Picouly

Frédéric Pillot

Editions Magnard Jeunesse
Album Jeunesse dès 3 ans
Paru en Août 2009

Thèmes: Grenouille, Dodo, Solidarité

Mais qui a volé les amis de Lulu?? Elle, toute tranquille, gentille et guillerette, se retrouve accusée d'avoir volé des choses à ses propres amis? C'en est trop pour Lulu qui s'en va la mort dans l'âme. Arrivée chez elle!!! Horreur! Il semblerait qu'on lui ait piqué sa boîte aux lettres. Quand elle voit que le voleur en question a laissé des traces, elle les suit. Mon Dieu!! Mais quel est ce drôle de zioziau??? Lulu n'en croit pas ses yeux! C'est un dodo!!! Celui-ci a volé pleins d'objets afin de fabriquer un bateau pour retrouver une dodotte... Personnellement j'adore cette petite Lulu, une grenouille toute mignonnette qui n'aura de cesse de faire rire les tout-petits!! Avec des dessins rigolos, attendrissants, expressifs dont la ribambelle de couleurs nous montre d'emblée que cette petite série des Lulu est à croquer!!!


L'anniversaire de Scarlett


Stephanie Blake

Ecole des Loisirs
Album Jeunesse dès 3 ans
Paru en Août 2009

C'est l'anniversaire de Scarlett. Pour ses 1 ans, sa grand-mère lui offre une petite graine. Toute contente, Scarlett la plante et rêve de jolies fleurs. Rose? Marguerite? Pâquerette? Scarlett s'endort avec de douces couleurs. Le premier jour: rien! Le deuxième jour: rien! Le troisième jour c'est une longue tige qui a poussé. Scarlett décide de grimper haut, tout au bout de la tige!!!
Un album très contrasté, noir et rose fuschia sont les couleurs dominantes, fortes et vives qui ne manqueront pas d'interpeller le jeune lecteur...